film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Georges Prêtre
© Zeta Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Claire Alby

IMAGE

Johnnie Behiri, François Crepin, Nicolas Eprendre, Harald Staudach

SON

Michel Bensaïd, Jean-François Chevalier, Jakob Palfrader

MONTAGE

Laure-Alice Hervé

PRODUCTION / DIFFUSION

Zeta Productions, ARTE France

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Zeta Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2008 | 59 minutes | DV Cam
  • Un film de Claire Alby

Georges Prêtre a été choisi par les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne pour diriger le concert du Nouvel An 2008. Il est le premier chef d’orchestre français à avoir eu l’honneur et la chance de diriger ce concert retransmis dans 54 pays. Il dirige orchestres, chœurs et solistes de par le monde comme si sa vraie vie venait à commencer. "C’est toujours une première fois" est son leitmotiv et cette urgence dans la pratique de son art donne au film sa tonalité et son rythme. Roberto Alagna nous confie : "Georges Prêtre est une énigme !". Ce film tente de relever le défi et d’emmener le public au cœur de l’art de la direction d’orchestre. Pouvoir le suivre à sa table de travail chez lui dans le Tarn ou lors de répétitions et concerts à l’Opéra-Bastille ou à la Musikverein à Vienne, nous offre une occasion unique d’assister à la métamorphose d’une partition sous la baguette d’un chef, qui se dit aussi "metteur en scène". Par-delà le travail et les concerts, Georges Prêtre nous offre une formidable leçon de vie et d’humanité

Georges Prêtre was chosen by the musicians of the Vienna Philharmonic to conduct the 2008 New Year’s Concert. He is the first French conductor to have the honor and good fortune to perform this concert, which is broadcasted in 54 countries. He conducts orchestras, choirs and soloists around the world as if his real life had only just begun. "It’s always the first time," is his catchphrase and this immediacy in the exercise of his art gives this film its tone and rhythm. Roberto Alagna tells us, "Georges Prêtre is an enigma.". This film attempts to delve into this enigma and takes the audience into the essence of conducting. The opportunity to see him at his worktable at home in the Tarn or during rehearsals at the Bastille Opera and Vienna’s Musikverein is a unique opportunity to follow the metamorphosis of a score under the baton of a conductor who also calls himself "director". In his work and concerts, Prêtre imparts a formidable lesson in life and humanity.