film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Yema ne viendra pas
© ADR Productions
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    ADR Productions

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Musée national consacré à l’histoire et aux cultures de l’immigration en France.

    + Musée National de l'Histoire de l'immigration

C’est l’histoire d’une famille nombreuse de La Madeleine à Evreux, issue de l’immigration. Ces jeunes Français tous adultes aujourd’hui s’appellent Fatiha, Messaouda, Malika, Rachid, Nadir, Hakim, Nahima, Karima et Medhi et... ils ont tous réussi. Cela raconte à la fois une stratégie familiale pour s’en sortir et la difficulté rencontrée pour y parvenir. Yéma, leur mère a réussi aussi. Elle est fière d’eux, mais elle ne partage pas ce qu’est leur vie aujourd’hui. Les enfants ont de plus en plus de mal à respecter les rites d’une communauté à laquelle ils n’appartiennent pas vraiment. Yéma est restée, elle, très ancrée dans sa culture kabyle et musulmane. Yéma est arrivée en France avec ses deux aînées en 1971 pour venir s’installer à Evreux, à La Madeleine, et n’en a plus bougé. Au départ, cet ancrage dans le quartier, Yéma ne l'a pas choisi. Aujourd’hui c’est là qu’elle a ses amis et sa communauté. Yema et ses enfants racontent une histoire d’intégration sur plusieurs générations, à travers la diversité de leurs regards. La réalisatrice Agnès Petit souhaite faire un portrait de cette famille, dans ce quartier secoué par les émeutes de novembre 2005, de mêler leurs vies quotidiennes, "républicaines" et culturelles à quelques souvenirs d’ailleurs et quelques espoirs de possible