film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ruínas
Ruines
© O Som e a Furia
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Portugal | 2009 | 60 minutes | HDV
  • Un film de Manuel Mozos

"Le prologue est sans équivoque : c’est le spectacle d’un immeuble soufflé par une explosion. Puis une foule dans un cimetière, la sépulture d’une certaine Henriqueta Souza, femme vénérée dont nous est livrée la biographie mouvementée, et qui, nous raconte-t-on, en souvenir d’amours défuntes a conservé en guise de relique la tête de l’aimé. Le projet du film est posé : quels rapports entre les lieux et la mémoire ? Quels rapports entre les récits et les espaces ?
Suivront d’autres sites, d’autres bâtiments, toujours déserts : un quartier silencieux, un restaurant, un théâtre, une station balnéaire, une église, une villa désaffectée ou une usine délabrée. Invisibles les vivants d’aujourd’hui donc, les lieux sont installés dans un temps suspendu par le parti exclusif du plan fixe. Mais d’autres vivants, ceux d’hier, voix d’hommes et de femmes, d’un lieu à l’autre, récitent. Énumération des mets d’un riche menu du XVIIe siècle, perdrix et bouillon ; échange épistolaire où il est question de dette ; liste de protocoles médicaux désuets ou encore chants ouvriers. Subtiles variations des liens noués entre des récits et des espaces qui subvertissent les évidences illustratives et en piègent les principes ordinaires.
D’une région à l’autre, de Vila do Conde à Lisbonne ou Porto, Manuel Mozos plonge dans l’épaisseur du temps et de l’imaginaire collectif du Portugal. Ni monuments, ni stricts documents non plus, les textes, éléments sonores et espaces sociaux inhabités ainsi revisités par Ruínas, restent bien là mais fantomatiques, ils deviennent porteurs d’une insistance narrative face à l’effacement et à la disparition." (Nicolas Féodoroff, FIDMarseille 2009)

Fragments of spaces and times, remains of eras and places inhabited only by memories and ghosts. Traces of things which time, the elements, nature and human action have modified and still do. With the passing of time everything that was cease to exist, eventually becoming into something else. Places that no longer make sense, that are no longer necessary, that are no longer fashionable. Forgotten, obsolete, stark, empty places. It isn’t necessary to explain why they were created or why they existed, nor the reasons why they were abandonned or transformed. We’re only promoting an idea, somehow poetic, about something that was and still is part of this country’s history.

Distinctions