film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Jean Cocteau : autoportrait d'un inconnu
© Antégor / INA
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Antégor, INA Distribution

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

Cozarinsky réalise un film de montage à partir d'extraits de films de Jean Cocteau et de nombreux moments d'entretien au cours desquels celui-ci s'explique sur son oeuvre et sur sa conception de la poésie. La présence presque permanente de Cocteau à l'image et sa voix, si particulière, justifient pleinement cet 'autoportrait', ce strip-tease, dont il s'excuse, pour montrer l'âme nue.
Jean Cocteau (1889-1963) raconte son enfance, puis ses rencontres avec Stravinski, Satie, Diaghilev et surtout Picasso, qui lui a appris à courir plus vite que la beauté ; les scandales du Sacre, de Parade ou des Mariés. Il parle de Radiguet, qui était comme son fils et qui est arrivé à 14 ans dans sa vie, en contradicteur de l'avant-garde. Cocteau aime travailler avec les mains, dans le dessin par exemple. Il a peint des chapelles, parce qu'il avait besoin de murs. Le poète est, selon lui, le medium d'une force mystérieuse qui l'habite, et Cocteau préfère le mot "expiration" à celui d'"inspiration. Il se sert d'un film comme d'un véhicule de poésie, pour montrer des choses qu'il ne peut pas dire. S'il a tellement aimé le cinématographe, c'est qu'il lui a permis de vivre une oeuvre au lieu de la raconter.
(Dominique Villain)