film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
De Cotonou à Lutry, la voix est libre
© Semaphores Films
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Denis Borel

IMAGE

Jean-Denis Borel, Bastien Genoux, Benoît Delfosse, Thomas Faverjon

SON

Jean-Denis Borel, Antoine Estoppey

MONTAGE

Jean-Denis Borel

MUSIQUE ORIGINALE

Vincent Prezioso

PRODUCTION / DIFFUSION

Semaphores Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Semaphores Films

ISAN : ISAN 0000-0002-B915-0000-U-0000-0000-L
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

À Lutry, près de Lausanne, des airs de gospel montent dans les airs du soir. C'est le début d'un grand voyage pour une chorale de jeunes, âgés d'une vingtaine d'années. Ils se préparent à une tournée de concerts un peu particulière. Destination l'Afrique de l'Ouest, le Bénin. Ils ont décidé pour une fois de partir non pas pour aider, mais pour échanger, pour partager. Partager des rythmes, des harmonies, des pas de danse. Là-bas, les attend la Chorale de Godomey, dans la périphérie de Cotonou, avec qui ils partagent l'affiche d'une tournée de concerts dans différents lieux du Bénin. Et puisque le projet suppose un véritable échange, quelques mois plus tard, ce sera au tour des Béninois de répondre à l'invitation de la jeune chorale suisse, et de participer ensemble à une tournée à travers le canton de Vaud. Chanter, danser sur les mêmes rythmes à côté d'une personne dont la vie est à des années lumière des nôtres amènerait-il à une autre dimension que de construire une école ? Est-il finalement possible, sur le terrain de la musique, d'échapper à ces relations nord-sud qui ont souvent un arrière-goût d'inégalité et de colonialisme ? Est-il vrai qu'on en apprend autant sur nous-mêmes que sur l'autre après un voyage comme celui-là

In Lutry, close to Lausanne, gospel songs rise in the air in the evening. It is the beginning of a great travel for a choir of youngsters, around twenty years old. They prepare themselves for a peculiar concerts tour. Destination West Africa: Benin. They have decided for once not to help but to exchange, to share. Sharing rhythms, harmonies, dance steps. Over there, the Godomey choir is waiting for them, in the outskirt of Cotonou, with whom they share concerts tour in different parts of Benin. And since the project involves a genuine exchange, few months later, it was the turn of Benin to answer the invitation of the young Swiss choir, and participate together in a tour in the canton of Vaud. Would singing, dancing on the same rhythms next to a person whose life is completely different from ours lead to another dimension than building a school? Eventually, is it possible, thanks to music, to escape from the North-South relationships that often have the sour taste of inequality and colonialism? Is it true that one learns as much about ourselves than the other after a trip like this