film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Christoph Hein
© ARTE France / MK2 TV
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    MK2 Films

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Ce film est préservé et consultable à la Bibliothèque nationale de France (bibliothèque de recherche, sur accréditation).
    Plus d'informations sur le dépôt légal

Conçu comme un portrait en situation, le film accompagne Christoph Hein (né en 1944) à travers Berlin-Est, ville où il réside et où il a conçu une œuvre romanesque et théâtrale largement consacrée aux "aspects peu glorieux" de l’histoire de l’Allemagne : nazisme, communisme, puis réunification. Solitaire intransigeant, l’écrivain se fait, avec une féroce lucidité, le chroniqueur de ses contemporains.
Au cours de cette promenade, Christoph Hein égrène des réflexions caustiques sur la chute du régime communiste. Dans les bois qui bordent le lac, il évoque d’emblée la naïveté des Allemands de l’Est qui se sont fait escroquer par leurs "amis" de l’Ouest, lors de la réunification. L’écrivain apparaît ensuite dans de vastes espaces bâtis marqués par l’empreinte de l’ex-RDA, longues barres de logements-casernes, immense esplanade d’Alexander Platz. Arpentant le bâtiment désert de l’ancien Palais de la République, il ironise sur les pompes kitsch de l’ancien régime communiste, son conformisme culturel et son obsession policière. Lus en voix off, les extraits de plusieurs de ses romans récemment traduits en français (éd. Métaillé), Willenbrock, L’Ami étranger, Dès le tout début, sont empreints de la même ironie souvent désespérée. Mais c’est avec humanisme que Christoph Hein conclut sur l’aspiration de l’homme à se dépasser, sur son besoin essentiel d’utopie et de culture.
(Eva Ségal)