film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Happy End
© Margo films
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Belgique, France | 2010 | 51 minutes | DV Cam
  • Un film de Simon Zaleski

"La maladie est une bonne mesure de l’amitié et de l’égoïsme humain. Jamais on ne se sent aussi seul, abandonné qu’alors. Happy End de Szymon Zaleski est un catalogue loufoque des fausses pistes que la générosité humaine prodigue sans compter quand on se débat dans une situation désespérée et qu’on cherche en vain une issue. Le mal, ici, c’est un cancer teigneux, fidèle compagnon autant qu’indésirable qui s’accroche et croît, quelles que soient les médecines employées. Les bonnes volontés ne manquent pas autour de Szymon, mais c’est pour constater leur impuissance mutuelle. À commencer par les médecins, barricadés derrière leurs ordinateurs et autres scanners, incapables de se prononcer. Viennent ensuite les conseils des amis, plus absurdes les uns que les autres, où se devine une envie pressante de se débarrasser d’une demande trop lourde à porter. Les chamanes des Andes et autres charlatans se succèdent à son chevet, en vain. Faute de guérir, sa maladie fait beaucoup voyager Szymon Zaleski, d’un continent à l’autre, d’un guérisseur à l’autre, mais aussi dans le temps, dans l’imaginaire, dans des films de fiction où il a pu se dédoubler, dans des archives de vols spatiaux donnant l’illusion d’être libéré de son corps. Mais la maladie ronge même les rêves les plus enracinés. L’entraînement des cosmonautes russes préfigure les scanners et autres instruments de torture de la médecine actuelle. Les médecins y ont des sourires de bouchers. Autour de Szymon, l’horizon ne cesse de s’élargir tandis que son corps rétrécit à vue d’œil…" (Yann Lardeau)

"Illness is fine yardstick of friendship and human selfishness. One is never so alone or so abandoned as in times such as these. Szymon Zaleski’s Happy End is an absurdly funny catalogue of the red herrings that human generosity unsparingly lavishes on those struggling through a desperate situation and vainly trying to find a way out. Here the ill is a nasty cancer, a faithful although unwelcome companion that hangs on and spreads, whatever the medicine used. For want of a cure, the illness sets Szymon Zaleski on far-off travels across continents, from one healer to another, but also through time, into an imaginary world, in fiction films where he doubles himself, in the archives of space flights giving the illusion of being free of one’s body." (Yann Lardeau)

Distinctions
  • 2010 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques
  • 2010 : Cinéma du réel - Paris (France) - Prix des jeunes- Cinéma du réel