film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Peter in Radioland
© Scottish Documentary Institute
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Johanna Wagner

IMAGE

Johanna Wagner

SON

Matt Hulse, Ayla Irbering

MONTAGE

Mark Jenkins

PRODUCTION / DIFFUSION

Scottish Documentary Institute - SDI

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Scottish Documentary Institute - SDI, Bpi - Bibliothèque Publique d'Information

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Scottish Documentary Institute - SDI

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.

"À 63 ans, en arrêt maladie, Peter, le père de la réalisatrice, passe de longues journées seul, à contempler son passé, à se replier dans ses souvenirs. Son monde est définitivement analogique, peuplé d’images super 8, de sons de vieux postes à transistors, de téléphones à cadran, de talkies-walkies inaudibles, du cliquetis d’une machine à écrire mécanique – autant d’objets qui le renvoient à des souvenirs de sa jeunesse, de son enfance. Le numérique l’effraie. Il ne le rattache à rien. Qu’est-ce qu’un monde fait de 1 et de 0 ? Il supporte encore moins la dépendance d’autrui dans laquelle le digital l’enferme. L’analogique, c’est la liberté. Cette liberté l’isole de plus en plus..." (Yann Lardeau)

"At 63 and on sick leave, Peter, the filmmaker’s father, spends long days alone, contemplating his past, withdrawing into his memories. His is a resolutely analogue world, peopled with Super8 images, sounds from old transistor radios, dial phones, inaudible walky-talkies, the clicking of a mechanical type-writer—all objects that remind him of his youth and childhood. Digital technology scares him. He can’t link it to anything. What kind of a world is made up of 1s and 0s? He is even less tolerant of how the digital world induces dependence on others. The analogue world equates to freedom, a freedom that leaves him more and more isolated. . ." (Yann Lardeau)

Thématique
Distinctions