film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Je suis Japonais
© Karé productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Mathias Gokalp

IMAGE

Christophe Orcand

SON

Noriyuki Yamane

MONTAGE

Ariane Mellet

PRODUCTION / DIFFUSION

Karé Productions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Karé Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Je suis japonais commence par un cliché qui vaut comme un avertissement : des Japonais entassés comme des sardines dans le métro de Tokyo et dans cet agrégat de corps un wagon exclusivement féminin. Le Japon insolite de Je suis japonais ne l’est peut-être pas tant que ça. Il se pourrait que ce soit un leurre. Un club de gigolos, à des années lumières des costumes à la T’ang des geisha, son jeune PDG, ex-host lui-même, qui a fait sienne la formule de Lemmy Caution, "whiskies, cigarettes et petites pépés", des adolescentes apprenant des danses occidentales après l’initiation à la cérémonie du thé et à l’art des bouquets, Je suis Japonais est une réflexion sur le façonnage de l’homme et l’illusion de liberté qui le pare, où l’accent est davantage mis sur les ressemblances entre civilisations que sur les différences. Où qu’on soit, en France ou dans l’Empire du Soleil Levant, il n’y a pas de personne sans modèles culturels, de sujet sans dispositif, d’homme sans dressage. Déjà Samuel Fuller, dans House of Bamboo nous avait dévoilé, en un raccord saisissant, les rêves cachés des jeunes Japonaises derrière leur éventail : les rythmes diaboliques du boogie-woogie. Je suis japonais nous conduit dans un Japon aux antipodes de L’Empire des signes, d’où il ressort, en plein milieu de la profonde crise identitaire qui traverse notre pays, que les Japonais sont Français." (Yann Lardeau)

"A club for toy boys, light years away from the T’ang-style geisha costumes. Its young managing director, himself a former "host", who has adopted Lemmy Caution’s formula of “Cigarettes, whisky et p’tites pépées”, and teenage girls learning Western dances after their initiation to the tea ceremony and flower-arranging. Je suis japonais explores the shaping of man and the illusion of freedom that adorns it, where the focus is on the similarities rather than differences between civilisations. Wherever you are, in France or the Empire of the Rising Sun, no one does without cultural models, no subject is without a framework, no man without training. Je suis japonais takes us into a Japan at the antipodes of Barthes’ Empire of Signs, a Japan where we discover – while France is at the height of its identity crisis – that the Japanese are French."
(Yann Lardeau)

Thématique
Distinctions