film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Algérie, De Gaulle et la Bombe
Algeria, De Gaulle and the Bomb
© Aligal production
1/2
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Larbi Benchiha

IMAGE

Didier Gohel, Thierry Le Vacon, Hervé Portanguen

SON

Maël Benchiha

MONTAGE

Katia Manceau

PRODUCTION / DIFFUSION

Aligal Production, France 3

PARTICIPATION

CNC, Région Bretagne

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Aligal Production, ADAV, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0002-7132-0000-S-0000-0000-R
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le 13 février 1960 à 7h04, la première bombe nucléaire française explose dans le désert du Sahara. Le pays est en pleine guerre d'Algérie, mais, dans le sud-saharien, loin des combats qui déchirent deux communautés, les expériences et les tirs se succèdent sans discontinuer, même pendant le putsch des généraux. Quand, en 1962, après les accords d'Evian, les rapatriés quittent en masse l'Algérie devenue indépendante, des militaires et des scientifiques français vont continuer tranquillement pendant plusieurs années, leurs essais au sud du Sahara. La question du Sahara et des expérimentations militaires voulues par De Gaulle a été l’enjeu majeur des pourparlers secrets entre le gouvernement français et la délégation du FLN. C'est une histoire peu connue que ce film raconte. Comment la France a-t-elle pu implanter ses bases atomiques en Algérie, des installations sensibles et secrètes, dans un pays en guerre ? Pourquoi a-t-elle réalisé de tels investissements et pris le risque d’amener la bombe nucléaire ici, alors que l’insurrection s’organise et s’amplifie ? Pour le général De Gaulle, le Sahara ne faisait pas partie de l’Algérie. Pour le FLN, au contraire, le territoire algérien s’étendait des rives de la Méditerranée aux confins du Sahara. Âprement discutés, les accords d’Evian ont mis fin à sept ans et demi de guerre. La France a finalement reconnu la souveraineté algérienne sur le Sahara. Le FLN a accepté que la France poursuive ses essais nucléaires dans l’Algérie indépendante pour une durée de cinq ans. Le premier tir dans l’Algérie indépendante fut-il un accident, considéré comme majeur dans le nucléaire militaire ? C’était le 1er mai 1962 ; le soldat Michel Dessoubrais avec huit autres militaires y ont été irradiés. Un demi-siècle de secret, de silence et de mensonges a empêché que la lumière se fasse sur cette histoire. Il aura fallu attendre 2008, pour que soit mis en place un groupe d’experts algériens et français pour étudier la faisabilité d’un programme de réhabilitation des sites nucléaires, qui, aujourd’hui encore, continuent d’exposer les populations aux dangers de la radioactivité

On February 13, 1960 at 07:04 am, about 40 kilometres away from the town of Reggane, the first French nuclear bomb exploded in the Algerian sky. Code name: Blue Jerboa, 70 Kt power, four times as much as on Hiroshima. In 1962, after the Evian agreements, while crowds of French people were leaving newly independent Algeria, French servicemen and scientists went on undisturbed with nuclear tests in the Sahara desert, and they did so for several years. President Charles de Gaulle had decided on having the bomb, and this was one of the secret issues at stake in the Algerian War. Larbi Benchiha has a new way of dealing with the well-known issue of these first nuclear tests. No unforeseen exposure, no amazing scoop, no sensational new stand. However, this film does tell a story that is not at all well-known.

À propos du film