film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Cargo - Lost & Found
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Biljana Tutorov

IMAGE

William Long, Mikaël Lubchansky

SON

Dejan Kragulj

MONTAGE

Mathilde Grosjean, William Long, Biljana Tutorov

PRODUCTION / DIFFUSION

Swedish Télévision, Mille et Une Productions, Long Film

PARTICIPATION

CNC. COSIP

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Mille et Une Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Je suis vidéaste au sein de "Cargo", un groupe de musiciens insolites. Je travaille des images que je projette sur un écran pendant les concerts. Certains des membres de ce groupe ont les mêmes origines yougoslaves que moi : la plupart proviennent de pays qui étaient en guerre entre eux il y a peu encore. Le leader, Darko Rundek est une rock star dans "les Balkans", depuis l’époque de Tito. Sa musique a signifié pour plusieurs générations l'opposition à la guerre et aux nationalismes. Darko Rundek fut le héros de mon enfance. La compagnie de Darko durant les répétitions et la tournée de Cargo me ramènent vers ce "chez moi" qui n'est plus. Et c’est avec eux que je me pose les questions des frontières et de l'identité que je ne m’étais jamais posé jusque là.... En suivant le groupe et l’histoire de chacun de ses membres, c’est ma mémoire que je retrouve, obstruée par les années de guerre. Et nous reviennent en mémoire ces souvenirs communs et enfouis de toutes ces années passées sous le régime de Tito, le souvenir d’une enfance inconfortable, la tristesse des femmes dont j’ai eu envie de fuir le destin, le dégoût de la guerre... Ce voyage devient une enquête sur les lieux retrouvés de notre mémoire collective. C’est aussi un voyage initiatique. Guidée par la musique, j’entreprends un travail "d’archéologie musicale" qui donne à voir une nouvelle carte géo-poétique d’Europe

This is a story about memory. But about a memory that one would prefer to forget. It is a story about denial. My name is Biljana. As a video artist I accompany a group of musicians called "Cargo" on their tours. "Cargo" is based in Paris and is composed of French, Swiss, Croatians, Bosnians, and Portuguese. But I am Serbian... The leader of the group – Darko, from Croatia – was a rock star throughout former Yugoslavia and one of the biggest contemporary poets of our divided language. "From the beginning of the eighties, he sang about flags and warriors while we all continued to believe in Tito's peace, fraternity and solidarity". Accompanying "Cargo", I retrace the memory of a country that doesn't exist anymore and I measure the need of people for that feeling of freedom and openness expressed in Darko's songs. In what use to be Yugoslavia, we cross new borders and revisit the past of silence and violence inscribed into the landscape... Memory, denial, how to be free from it?