film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Dirty Pictures - Hotel Diaries 7
© Smith (John)
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

John Smith

IMAGE

John Smith

SON

John Smith

MONTAGE

John Smith

PRODUCTION / DIFFUSION

John Smith Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

John Smith Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Palestine, Royaume-Uni | 2007 | 14 minutes | Vidéo
  • Un film de John Smith

"L’hôpital est un lieu privilégié pour étudier les plafonds, auxquels on ne prête guère attention dans la vie courante. Un plafond blanc est ainsi un signe clair que tout le monde va bien et vous pas du tout. Mais un plafond rose, dans un hôtel de surcroît, ne signifie pas nécessairement que la vie est de tout repos. Ici c’est même le contraire qu’il suggère : tout va bien pour vous, mais le monde autour s’écroule. À commencer par le plafond dont les dalles de placoplâtre sont prises de soubresauts intempestifs. Et la caméra dont l’objectif se sent soudain une vocation d’aspirateur. Ces petits tracas personnels ne sont rien au regard de la vue imprenable qu’offre la fenêtre : la vieille ville de Bethléem déchirée par le parcours tarabiscoté du mur érigé entre les Territoires palestiniens et Israël, la guerre. Autre hôtel : à Jérusalem-Est. Ici plus de plafond rose branlant, ni de muraille de béton sous le balcon. Mais des souvenirs plus horribles encore, plein la tête, du passage au check point entre Israël et les Territoires."
(Yann Lardeau, Cinéma du réel 2008)

"Hospital is an excellent place for studying ceilings—which ordinarily attract little attention. A white ceiling clearly signals that the world is well, and you not at all. But a pink ceiling—what’s more in a hotel—does not necessarily mean that life is secure. Here it even suggests just the opposite: all is fine for you, but the world around is collapsing. Starting with the ceiling, whose plaster slabs are sporadically shaken by jolts. As is the camera, with its lens suddenly taking itself for a vacuum cleaner. These small personal distur- bances are nothing in light of the unparalleled view offered by the window: the old town of Bethlehem torn apart by the intricate path of the wall that was built between the Palestinian territories and Israel—war. Another hotel, another place: East Jerusalem. Here the shaky pink ceiling has disappeared, as has the horrible concrete wall below the balcony. But a headful of even more dreadful memories of the crossing at the checkpoint between Israel and the Territories."
(Yann Lardeau, Cinéma du réel 2008)

À propos du film
Distinctions