film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Sillons de feu
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Gérard Raynal

PRODUCTION / DIFFUSION

Soleluna films, France 3

PARTICIPATION

Conseil général de la Somme, DLL (Direction du Livre et de la Lecture)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Soleluna films, BPI - Bibliothèque publique d'information

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Soleluna films

  • Film appartenant au catalogue national de films documentaires pour les bibliothèques publiques de la Bpi, en prêt et consultation gratuits dans les bibliothèques de ce réseau.

[...] À partir des traces, des empreintes laissées sur les sites de la Somme et la crête du Chemin des Dames dans l'Aisne, le réalisateur révèle la parole des hommes, écrivains et poètes, qui ont connu la terrible expérience du front. Cette parole a été tue par l'histoire officielle au lendemain de la victoire. Blaise Cendrars, Henri Barbusse, Léon Werth, Appolinaire, Teilhard de Chardin [...] ont tenté par l'écrit de transcender l'horreur et l'absurdité. Les images de la Grande Guerre sont utilisées, parfois recadrées, pour mettre l'accent sur certains passages du commentaire et renforcer les témoignages, extraits de lettres, carnets de notes, poèmes ou œuvres littéraires, comme "Le Feu" de Henri Barbusse ou "La Main coupée" de Blaise Cendrars. [...] Des témoignages de contemporains (le père René Courtois évoquant Teilhard de Chardin, l'anglais Michael Caine, un cultivateur, un instituteur...) contribuent à garder vivante la mémoire de cette terrible guerre. Christine Micholet.

From traces and impressions left on the sites of the Somme and the ridge of the Chemin des Dames in l'Aisne, the producer brings to light the testimony of men, writers and poets, who lived through the terrible experience of the front line. Their words were silenced by official history after the victory. Blaise Cendrars, Henri Barbusse, Léon Werth, Appolinaire, Teilhard de Chardin all tried in writing to surpass horror and absurdity. Pictures of the Great War are used, sometimes recentred to emphasize certain passages of the commentary and to emphasize the testimony, the extracts from letters, note books, poems or literary works, such as "Le feu" by Henri Barbusse or "La main coupée" by Blaise Cendrars. [...] Some evidence from contemporaries (Father René Courtois speaking of Teilhard de Chardin, the Englishman Michael Caine, a farmer, a school-teacher...) help to keep alive the memory of that terrible war. Christine Micholet.