film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Premiers Regards
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Laurent Préyale

MONTAGE

Laurent Préyale, Pierre Sainteny

PRODUCTION / DIFFUSION

LBMG Productions, Gaumont, Ciné Classic

PARTICIPATION

CNC, Ciné Cinéma

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

LBMG Productions, Images de la culture (CNC), BnF - Bibliothèque Nationale de France

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Histoire de la naissance du cinéma.

1. L'Invention du cinéma, 1889-1913
Si la naissance de la poésie ou de la peinture ne peut être envisagée qu’en termes mythiques, la naissance du cinéma peut être considérée en termes historiques. Le cinéma fournit même l’outil nécessaire à l’enregistrement de ses balbutiements : l’image-mouvement. Le premier volet de cette tétralogie est ainsi consacré à l’effervescence technique et intellectuelle qui secoue la fin du XIXe siècle.

2. Le Cinéma de la guerre et des années folles, 1914-1927
La Guerre de 14-18 fut désastreuse pour le cinéma français qui voit alors son empire progressivement conquis par les Américains. En définitive, les États-Unis semblent, en art comme en politique, les seuls véritables gagnants du conflit, et la joie des Européens au sortir de la guerre peine à dissimuler l’affaiblissement du vieux continent. Ce deuxième volet de Premiers Regards s'intéresse à la découverte de l’image sous toutes ses formes.

3. La Guerre du parlant n'aura pas lieu, 1928-1935
En 1929, alors que les États-Unis sombrent dans la crise et que l’onde de choc du krach boursier gagne le continent européen, les studios se doivent quand même d'investir dans le cinéma sonore. La Warner, en effet, a sorti en 1927 le premier film parlant, Le Chanteur de Jazz ; c’est donc par l’emprunt et sans attendre la politique interventionniste du "New Deal" que les studios se lancent dans cette nouvelle révolution du cinématographe.

4. Du technicolor à la drôle de guerre, 1935-1943
S’ouvrant sur le Front populaire et s’achevant brutalement en pleine Deuxième Guerre mondiale, ce dernier volet conclut de façon ouverte l'histoire de ce premier demi-siècle de cinéma. Si le film s'attache d’abord à la couleur, dont il retrace avec précision les tâtonnements, c’est l’inquiétude causée par la montée des périls qui l’imprègne progressivement, tant le cinéma, qui se nourrit de réel, désire s’y confronter.