film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Me Llamo Peng
Je m'appelle Peng
My Name is Peng
© Universidad Autonoma de Barcelona
1/1

"Peng, immigré chinois en Europe, a posé sa caméra six ans durant dans les lieux (souvent des cuisines de restaurants) où il a travaillé. A partir des soixante heures de son journal filmé, Jahel Guerra Roa et Victoria Molina de Carranza montrent la dureté d’un nomadisme dû au chômage ("j’irai partout où on a besoin de moi"). L’ insistance du cinéaste amateur à ne pas lâcher la caméra même s’il n’a rien à dire émeut. "Les collègues en France me disaient : la première année de ton départ de Chine, tes propos sont optimistes, la deuxième, tu te parles à toi-même et la troisième, tu ne trouves même plus les mots". Dans une solitude qui apparaît de plus en plus absolue, le rituel DV semble devenir pour lui le seul témoin de son existence." (Charlotte Garson, Cinéma du réel 2011)

Peng, a Chinese immigrant to Europe, set up his camera over six years in his workplaces (often restaurant kitchens). Drawing on sixty hours of his filmed diary, Jahel Guerra Roa and Victoria Molina de Carranza show the hardships of a nomadic life due to unemployment (“I’ll go anywhere I’m needed”). The amateur filmmaker’s insistence on not putting down his camera even if he has nothing to say is moving. “Colleagues in France would say : in your first year away from China, your remarks are optimistic, in the second, you talk to yourself, and in the third, you can’t even find your words.” In a solitude that is increasingly absolute, the ritual of DV seems to be for him the only witness to his existence. (Charlotte Garson, Cinéma du réel 2011)

Distinctions
  • 2011 : Cinéma du réel - Paris (France) - Compétition internationale Courts métrages