film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Des inventeurs de la RTF ou de quelques cognacqjaypithèques
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Raoul Sangla

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Mutins de Pangée, INA - Institut National de l'Audiovisuel

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Mutins de Pangée, Images de la culture (CNC), BnF - Bibliothèque Nationale de France

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Une histoire de l’écriture télévisuelle à la Radio Télévision Française (1950-1965) sur laquelle Raoul Sangla enquête auprès des pionniers de la rue Cognacq-Jay.
"Une histoire de l’écriture télévisuelle à la Radio Télévision Française (1950-1965) sur laquelle Raoul Sangla enquête auprès des pionniers de la rue Cognacq-Jay.
"En allant interroger chez eux ses pairs – Genssous, Tarta, Roy, Krier, Bringuier, Drot, Bluwal – et à l’appui de nombreux extraits d’émissions de l’époque, Raoul Sangla évoque la genèse de la télévision française. Les évolutions techniques, la liberté et l’engouement pour ce nouvel outil ont permis alors à une poignée de jeunes réalisateurs d’inventer un autre langage que celui du cinéma.
La devise de la Radio Télévision Française était, en ce temps, "Informer, cultiver et distraire". Une mission de "maison de la culture hertzienne" pour ces réalisateurs audacieux et humanistes qui l’ont inventée. Avec des caméras de plus en plus légères et autonomes, ils se sont appropriés un nouveau genre purement télévisuel : le direct. Que ce soit pour des documentaires, des fictions ou un événement tel que l’exploration du gouffre de la Pierre-Saint-Martin, le direct rompait soudain avec les habitudes du cinéma.
"Ils ont exploré toutes les possibilités de l’outil" explique Gilles Delavaud, auteur de "L’Art de la télévision, 1950-1965". La vision multiple de trois ou quatre caméras ou le regard qui s’adresse à l’objectif ont défini un style et une esthétique que le téléspectateur devait apprendre à décrypter. "On créait un instrument qui n’avait pas de précédent" souligne Alexandre Tarta, et Jacques Krier d’ajouter : "C’était une aventure prodigieuse !""
(Caroline Terée in Images de la Culture, n° 24, CNC.)