film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Taranta
© Pantheon Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Gianfranco Mingozzi

IMAGE

Ugo Piccone

MUSIQUE ORIGINALE

Diego Carpitella

PRODUCTION / DIFFUSION

Pantheon Film

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

SFAV (Société Française d'Anthropologie Visuelle), SFAV (Société Française d'Anthropologie Visuelle)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    SFAV (Société Française d'Anthropologie Visuelle)

  • La Société Française d'Anthropologie Visuelle fut créée en 1985 en tant qu'association régie par la loi de 1901 pour favoriser la promotion du film d'anthropologie en milieu universitaire et culturel, et contribuer au développement de l'anthropologie visuelle en France.
    Sa spécificité consiste à acquérir un choix de films d'anthropologie, étrangers assortis des droits non-commerciaux et à les diffuser en France et dans les pays limitrophes.
    En savoir plus

En été 1961, Gianfranco Mingozzi se rendit à Galatina, dans les Pouilles, en compagnie de l’opérateur Ugo Piccone, pour y filmer les possédées de la tarentule, enregistrant le traitement domiciliaire du mal par la musique et le pèlerinage des tarentulées à la chapelle de Saint Paul, le 28 et le 29 juin.
La démarche du cinéaste reposait sur La Terre du remords, une étude qu’allait publier Ernesto De Martino après une campagne ethnographique pluridisciplinaire menée dans le Salento. Y avait participé notammentl’ethnomusicologue Diego Carpitella, dont les enregistrements figurent dans le montage de "La Taranta".
Pour le commentaire, Mingozzi s’adressa au poète Salvatore Quasimodo, qui avait reçu le prix Nobel de littérature en 1959. L’écrivain composa un texte qui répercute sa dense formulation sur les images inoubliables de Piccone, dans une lecture du phénomène inspirée par les analyses de De Martino.
(Salvatore Quasimodo)