film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Partis pour Croatan
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Gaëlle Boucand

IMAGE

Gaëlle Boucand

SON

Gaëlle Boucand

MONTAGE

Gaëlle Boucand

PRODUCTION / DIFFUSION

Red Shoes

PARTICIPATION

Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Red Shoes, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

L'histoire d'une communauté internationale d’amis regroupés autour de la subculture électronique berlinoise. Ils se rassemblent chaque week-end pour vivre ensemble des dizaines d’heures de fête ininterrompue. La vie de chacun est ainsi suspendue le temps de quelques journées et nuits discontinues pour vivre une intense expérience collective. Au cœur d’une fête sans fin où la nuit ne tombe jamais, le spectateur perd ses repères temporels. Petit à petit, le film s’étire et apparaît une enclave libre de plus en plus hermétique au monde qui l’entoure. Une façon singulière "d’être ensemble" naît alors au sein de la communauté : voilà ce qui semble être en jeu pour nos tribus contemporaines. Elles n'ont que faire du but à atteindre, du projet, économique, politique, social, à réaliser. Elles préfèrent "entrer dans" le plaisir d'être ensemble, "entrer dans" l'intensité du moment, "entrer dans" la jouissance de ce monde tel qu'il est. (Michel Maffesoli dans "Le temps des tribus, le déclin de l'individualisme dans les sociétés postmodernes", La Table Ronde, 2000.)

The story of an international group of friends reunited by Berlin’s electronic subculture. They gather for each weekend to live through dozens of hours of uninterrupted partying. Every one oftheir lives is suspended momentarily to survive an intense collective experience. At the heart of a never-ending party in which night never falls, the viewer begins to lose his sense of time. Little by little, the film expands and the scene becomes a liberated enclave more and more separatedfrom the world that surrounds it; a singularizing way of "being together" appears within the community: This is what seems to be in question for our contemporary tribes. They are not concerned with the goalthat lays ahead, the economic, political, or social aims to achieve. They prefer "entering" the pleasure oftogetherness, "entering" the intensity of the moment, "entering" the joy of this world as it is. (MichelMaffesoli in "The time of the tribes: the decline of individualism in mass society", La Table Ronde, 2000)