film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ecce Homo - Un portrait de Célestin Deliège
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Guy-Marc Hinant, Dominique Lohlé

IMAGE

Guy-Marc Hinant, Dominique Lohlé

SON

Hélène Lamy au Rousseau, Anne-Sophie Papillon

MONTAGE

Marguerite Le Bourgeois

PRODUCTION / DIFFUSION

Sub Rosa, Le CPC (Centre de Promotion Culturelle) Bruxelles

PARTICIPATION

Sacem

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Sub Rosa, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Célestin Deliège, récemment décédé, fut le dernier représentant (avec Pierre Boulez) du modernisme de l’après-guerre. Musicologue prestigieux (transmettant son savoir encyclopédique à travers la violence de la polémique), enseignant au Conservatoire de Liège, de Bruxelles et à la Sorbonne, il impressionna nombre d’étudiants – étudiants devenus aujourd’hui des compositeurs importants, le moindre n’étant pas Hugues Dufourt, un des fondateurs de la musique spectrale. Ce film est composé à partir de dix rencontres filmées (en face à face introspectifs ou avec Pascal Decroupet, François Nicolas, Fred Lerdahl, Hugues Dufourt, Antoine Bonnet et l’Ensemble Ictus.), et met en scène un homme au bout de sa maladie, certes, mais qui combat jusqu’au dernier souffle, à la recherche d’une transcendance perdue, d’un réenchantement, en appelant la folie d’Artaud... S’enracinant dans l’art suprême de la musique, on débouche sur la douleur du départ et la beauté d’exister.

Celestine Deliège, recently deceased, was the last representative (with Pierre Boulez) of post war modernism. Prestigious musicologist (passing his encyclopaedic knowledge through violent polemic), teacher at the Conservatory of Liege, Brussels and la Sorbonne, he impressed many students – students who become important composers of today, not least Hughes Dufourt, a founder of spectral music. This film is made from ten meetings filmed (introspective face to face or with Decroupet Pascal, Francois Nicolas, Fred Lerdahl, Hugues Dufourt, Antoine Bonnet and Ensemble Ictus.) and shows a man in his illness, certainly, but who fights until the last breath, looking for a lost transcendence, a re-enchantment, calling for Artaud's madness... Rooted in supreme art of music, it leads to pain departure and beauty to exist.