film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Maladie blanche
© Les Films des lucioles
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Christelle Lheureux

IMAGE

Christelle Lheureux

SON

Aurélie Mertenat

MONTAGE

Christelle Lheureux, Camille Lotteau

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films des lucioles

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films des lucioles, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Une douce nuit d’été dans un village des Pyrénées, voilà le cadre du conte imaginé par Christelle Lheureux. C’est une fête, comme il se doit, qui inaugure cette féerie, douce, enjouée, où des adolescents célèbrent leur jeunesse, et quelques adultes celle qu’ils ont perdue en partant chasser. Myrtille, une fillette bien plus jeune encore, va se coucher avant les autres, mais pas pour longtemps, appelée par un sanglier qui l’invite gentiment à le suivre. Ensemble, ils trotteront dans la forêt vers une grotte ornée de peintures pariétales, jusqu’à ce que le père de l’enfant les retrouve dans cet antre du passé. Avec cette lointaine adaptation de La Belle et La Bête, où d’autres récits fabuleux se permettent de faire intrusion pour tirer leur révérence à la beauté de l’existence, Christelle Lheureux fabrique un film fait tout entier d’un seul matériau : la grâce. Matériau fragile mais distribué ici sans parcimonie, la grâce se fait parure de l’enfance, de l’adolescence, agrément d’un gros crapaud aussi, des ombres des arbres, de la lumière de la lune, grâce encore des dialogues entre l’aujourd’hui et le révolu, des échanges entre le rêve et la veille, entre l’homme et l’animal. Au service d’une succession d’infimes nuances, et du respect pour tout ce qui franchit l’espace du champ, le noir et blanc choisi décide de parfaire le tableau à traits en permanent équilibre, de peur de le finir trop vite, de peur de voir un récit mystérieux se résoudre, et la mort avoir raison trop tôt." (Jean-Pierre Rehm, FID Marseille 2011)

"A mild summer night in a village in the Pyrenees, this is the story imagined by Christelle Lheureux. A party naturally inaugurates this gentle and cheerful extravaganza, where teenagers celebrate their youth, and some adults having lost it chase after it. Myrtille, a little girl, is going to go to bed before everyone else, but not for long: she’s awakened by a wild boar that nicely invites her to follow him.
Together they make their way in the forest to a cave decorated with wall paintings, until the father’s child finds them in this cave from long ago. With this distant adaptation of La Belle et La Bête, where other legendary stories dare to make an intrusion to bid adieu the beauty of life, Christelle Lheureux makes a film of a single material: grace. Fragile material but here distributed unstintingly, grace becomes the costume of childhood, of adolescence, the charm too of a big toad, from shadows to trees, from the light of the moon, grace in the dialogue between
yesterday and today, exchanges between dreaming and waking, between man and animal. At the service of infinitesimal nuances and with respect for all that enters into the frame, the selected black and white decides to perfect the picture with balanced features, for fear of finishing it too quickly, for fear of seeing a mysterious narrative find its resolution and death arrive too soon."
(Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2011)

Thématique
Distinctions