film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Gangster Project
© DFFB
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France, Afrique du Sud, Allemagne | 2011 | 55 minutes | DV Cam & HD
  • Un film de Teboho Edkins

"Comme le titre l’indique, à l’initiale Teboho Edkins rêve d’un "film de gangsters". À Cape Town, pas besoin d’acteurs, se dit l’apprenti cinéaste, ils courent les rues, il suffit d’un bon casting. Et le voilà flanqué de son preneur de son, partis à leur rencontre. De rendez-vous en zones isolées de la périphérie de la ville, à l’inquiétante réputation, en virées nocturnes en voiture dans les quartiers chauds, le cinéaste emboite le pas aux fables hollywoodiennes pour tenter de les enrôler. Mais peu à peu les images s’effritent. Récits des uns en prison, des autres qui évoquent un ami tué. La peur, le deuil, l’ennui, les petits trafics, sont bien loin des figures flamboyantes attendues. Derrière les mythes, les réalités ordinaires s’avèrent triviales. Que faire ? Articuler les deux sera la réponse audacieuse : mélanger les scènes jouées à celles documentaires, sans qu’il soit aisé de faire la part des choses, tant la pose est ici de mise. Au final, pas de "film", juste des moments assemblés, à l’état de projet, qu’il faudra laisser ainsi, sans conclusion dramatique. Demeure un arrière goût âcre : l’apreté de la survie dans un environnement hostile où tout se paye cher, où la mort indifférente rôde dans sa banalité crue." (Nicolas Feodoroff, FID Marseille 2011)

"As the title indicates, Teboho Edkins first dreamt of a “gangster film.” In Cape Town, no need for a actors, says the apprentice filmmaker, they’re a dime a dozen, you should just need a good casting. And here he is accompanied by his sound engineer looking for their actors. From meetings in remote areas on the outskirts of the city, with a disturbing reputation, in nocturnal car rides in red-light districts, the filmmaker imitates Hollywood legends in order to try to enlist them. But little by little
the images disintegrate. Stories of some in prison, others who remember a murdered friend. Fear, mourning, boredom and petty dealings are a distant cry from the expected flamboyant figures. Behind the myths, everyday realities turn out to be trivial. What to do? To link together the two will be the daring response: mixing acted scenes with documentary shots, without it being too obvious, since here posturing is acceptable. In the end, no “film,” just assembled moments, in project form, that must be left as is, with no dramatic conclusion. A bitter after-taste remains: the harshness of survival in an hostile environment where everything comes at a heavy price and indifferent death is on the prowl in all its crude banality."
(Nicolas Feodoroff, FID Marseille 2011)

Distinctions