film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Angle du monde
© Philippe Cote
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Philippe Cote

IMAGE

Philippe Cote

SON

Philippe Cote

MONTAGE

Philippe Cote

PRODUCTION / DIFFUSION

Philippe Cote

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Light Cone, Dérives.tv

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2006 | 32 minutes | Super 8 mm
  • Un film de Philippe Cote

Ensemble d’impressions ressenties lors de différents séjours sur les îles d’Ouessant, de Sein et de Molène.
L’Angle du monde participe de mon désir de diriger la caméra vers des paysages, des espaces, des gens, de se laisser surprendre et étonner par ce qui se présente. Ici les métamorphoses de la lumière, de l’eau, de la terre, du ciel et de l’humain.
Le film s’inscrit aussi dans un hommage à ce courant poétique du cinéma des îles et à leurs auteurs, Powell, Flaherty, Epstein." (P. Cote)
L’Angle du monde donne à voir le réel en tant que présence extérieure et intérieure à la fois, altérité opaque, capable néanmoins de devenir espace intime. Durées et distances incommensurables d’un intérieur qui s’ouvre, se mêle à l’infini d’un paysage qui ne cesse de se transformer. Le mouvement mystérieux des nuages ; la cadence des vagues à contre-jour ou le glissement silencieux d’une silhouette humaine à peine identifiable ; tout semble transfiguré, déréalisé et réinventé par la lumière, dans un univers poétique qui évoque les tableaux de Turner ou de Friedrich, certains écrits de Poe ou de Baudelaire." (Violeta Salvatierra)

A set of impressions collected during several stays on the Breton islands Ouessant, Sein and Molène. "L’Angle du monde" allows the real to be seen as both inner and outer presence, an opaque otherness that can however turn into an intimate space. Boundless duration and distance of inwardness opening up to the infinite ever-transforming landscape. The mysterious movement of clouds, the rhythm of back-lit waves or the silent sliding of a hardly identifiable human figure, everything seems to be transformed, unreal and reinvented by light, in a poetical world reminding of paintings by Turner or Friedrich, and of texts by Poe or Baudelaire." (Violeta Salvatierra)