film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ramallah Road
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Federico Campanale, Iona Hogendoorn

PRODUCTION / DIFFUSION

Blue Frame Visuals

PARTICIPATION

ICCO, Oxfam Novib

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Blue Frame Visuals, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Ramallah Road" est un documentaire à caractère poétique montrant les conditions de vie des Palestiniens vivant à Al Ram, banlieue de Ramallah en Cisjordanie. Depuis 6 ans, ces conditions sont particulièrement contraintes du fait de la construction par Israël d’un mur autour de la ville et de l’installation d’un check point à Qalandia. Depuis lors, le malaise économique ainsi que le désœuvrement et une forte désespérance pèsent sur l’artère principale d’Al Ram, qui reliait auparavant Ramallah à Jérusalem. Suite à l’annexion de ce territoire, les habitants ont, non seulement perdu une partie de leurs terres mais aussi les liens avec leurs parents et amis Palestiniens qui se sont retrouvés de l’autre côté du mur. En 2009, une équipe de tagueurs peint sur le mur un texte, lettre par lettre, sur une longueur de 2,5 km. Cette œuvre graphique s’étend depuis le cœur d’Al Ram jusqu’à Ramallah, pour finir à une centaine de mètres du fameux check point de Qalandia. Le texte a été rédigé par l’écrivain sud-africain Farid Esack, activiste anti-Apartheid et ami de Nelson Mandela. Le texte qui met en parallèle la situation Pplestinienne et l’Apartheid est à la fois une dénonciation de la situation vécue à Al Ram ainsi qu’un soutien déclaré aux Palestiniens. Ce projet de tag fut porté par l’association néerlandaise "Send A Message" en collaboration avec l’organisation de la jeunesse palestinienne pour montrer au monde de manière non-violente la dure réalité que vivent les habitants. À travers l’analyse d’experts (Mikaël Warschowski, activiste israélien et Imad Sabi, réfugié politique palestinien aux Pays-Bas) et les diverses interviews des habitants vivant près du mur, le film donne une idée de la situation, sans toutefois prendre parti ni avoir la volonté d’expliquer. Cependant, on peut comprendre comment, pour Israël, le mur n’est pas seulement un moyen de défense, mais aussi une façon de séparer les Palestiniens et d’annexer de plus en plus de territoire. La question qui se pose à la vision de Ramallah Road est : De quelle manière est-il encore possible de résister après plus de 40 ans de lutte sans espoir

"Ramallah Road" is a poetic documentary that shows the living conditions of the Palestinians in Al-Ram, near Ramallah on the West Bank. They find themselves limited and disempowered by the wall and the checkpoint erected by Israel. Economic malaise, hopelessness and boredom rule the road that once used to be the main economical vein of Al-Ram, connecting Jerusalem and Ramallah. Through this annexation of Jerusalem by the wall, the Palestinians have not only lost their land but also their ties to fellow Palestinians. Simultaneously, a team of sprayers are spraying a 2.5 km letter on the wall in Al-Ram. It stretches all the way to Ramallah, where it almost touches the infamous checkpoint of Qalandia. The letter was written by Farid Esack, a South African anti-apartheids activist and friend of Nelson Mandela. This letter is both a denunciation of Apartheid and an endorsement to the Palestinians, making comparisons between the Palestinian situation and South African Apartheid. This project has been set up by the Dutch organization Send a Message and a Palestinian youth organization to show the world the real situation in Palestine in a non-violent way. Both street interviews and explanations of the political situation by experts (given by Michael Warschawski, an Israeli activist of the Alternative Information Centre in Jerusalem, and Imad Sabi, Palestinian political refugee in the Netherlands) give us a brief impression of the situation. We see that Israel uses the wall not only as a defence, but as a means to separate Palestinians among themselves and reclaim more land. What is the right way to resist after 40 years of hopeless struggle