film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Face cachée de Hiroshima
The Black Sun of Hiroshima
© Artline films
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La catastrophe de Fukushima éclaire d’un jour nouveau l’histoire du nucléaire : le Japon a été deux fois victime de l’atome, à 66 ans d’intervalle. Le 6 août 1945 : la première bombe atomique de l’Histoire détruit une ville entière en quelques secondes. Avec la bombe au plutonium lâchée sur Nagasaki 3 jours plus tard, l’humanité entre dans l’ère nucléaire. L’histoire officielle, écrite après-guerre par les autorités américaines, est celle du "Mal nécessaire" : il fallait utiliser la bombe pour terminer la guerre. Mais derrière la version des manuels scolaires et des films de propagande se cache une autre histoire.
La Face cachée de Hiroshima revient sous un angle inédit sur les premières explosions atomiques de l’Histoire de l’humanité, Hiroshima et Nagasaki. Il propose une immersion historique saisissante depuis les coulisses du Projet Manhattan jusqu’aux recherches secrètes menées au Japon, pendant plusieurs décennies, sur les effets de l’irradiation.
Le fil conducteur est l’histoire fascinante des scientifiques qui ont conçu la bombe nucléaire dans le plus grand secret, en concluant un pacte avec les militaires et les industriels, une relation qui va mener le monde au feu atomique. Ce film d’investigation raconte l’entrée du monde dans l’ère nucléaire en se basant sur une collection unique d’archives américaines et japonaises.

This film exposes the myth constructed post-1945 about Hiroshima and Nagasaki. Re-viewed or recently exhumed archive images will reveal how and to what ends this myth was built and maintained.
Sixty-five years after the bombings, the controversy over their necessity continues to rage. Almost 800 films have been devoted to them, essentially in the USA and Japan. The unease is persistent; the subject seems to be inexhaustible. Perhaps because neither one nor the other has ever fully addressed.
The roots of the Necessary Evil are not to be found in strategies for ending the war in the Pacific or the first tremors of the Cold War. They are nestled in the roots of the Manhattan Project, an unprecedented coalition between the military, scientists, industrials and politicians, a research program with a historic level of financing, the embryo of the “military-industrial complex” that would become one of the pillars of the post-war American economy. The ruins of these two Japanese cities were a crucial step in the largest scientific project of all time.

Distinctions