film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Ce qui nous arrive
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Caroline Caccavale

IMAGE

Caroline Caccavale

SON

Agata Lopko

MONTAGE

Catherine Poitevin

PRODUCTION / DIFFUSION

Lieux Fictifs, INA - Institut National de l'Audiovisuel

PARTICIPATION

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Ville de Marseille

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Lieux Fictifs, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    Lieux Fictifs

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus

Dans un "studio de cinéma" créé à la prison des Baumettes à Marseille, un décor est aménagé comme une boite noire, à l’intérieur de laquelle sur une des parois transformée en écran, des images sont projetées ; images d’archives, images de la prison et de l’extérieur. Pendant deux ans, plusieurs hommes détenus s’approprient cet "espace de jeu et de projection" avec la complicité de plusieurs artistes, comédien, metteur en scène et cinéaste. La projection de ces images sur un écran, vient ouvrir le réel sur un autre monde et donne à ces hommes la possibilité d’une échappatoire. Les images, les textes, les musiques, leurs corps, leurs voix deviennent autant de matériaux qui permettent à ces hommes détenus de se libérer de l’immobilité de la prison. Retrouver l’origine de l’espoir, du désir et de l’utopie… Ce film est l’expérience de ce mouvement.

In a "film studio" created in the Baumettes prison in Marseille, a set is fixed up as a black box, inside this box, archival footage, images shot inside the prison, others shot outside the prison, are projected on a screen. For the last years, with the complicity of several artists, as well as an actor, a stage director and a film director, several men prisoners have taken over this “playing, acting and screening space”. The fact that these images are projected on a screen, allows these men to perceive the reality of another world and gives them the possibility of escaping from their daily life. Images, texts, musics, their bodies and voices, become different material permitting these prisoners to free themselves from the prison’s immobility. Allowing them to rediscover the origins of hope, desire and utopia … This film is the experience of this movement.