film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Le Pays des hommes modestes
© Hibou production
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Philippe Coudrin, Benoit d' Humières

IMAGE

Pierre Damay

MONTAGE

Isabelle Feder

PRODUCTION / DIFFUSION

ARTE France, Hibou Production, KTO TV

PARTICIPATION

CNC

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Hibou Production, ADAV

ISAN : ISAN 0000-0001-E5CC-0000-4-0000-0000-P
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

On ne parle jamais du Belize, le plus petit pays d'Amérique Centrale.
C'est sans doute pour cela que les Mennonites, ces religieux proches des Amishes, sont venus s'y installer en 1958. Et pour qu'on ne parle jamais d'eux, ils choisirent de vivre au milieu de la forêt où ils durent affronter les moustiques et la dysenterie avec leur accoutrement d'un autre âge, quelques outils et leur étonnante obstination religieuse.
Aujourd'hui, les communautés mennonites du Belize sont très diverses. Certaines refusent l'eau courante, les moteurs ou l'électricité. D’autres, parmi les premières, décidèrent d’adopter les technologies modernes, tant elles étaient accablées par les conditions effroyables de la vie en forêt. Et puis, il y a des communautés plus récentes, nées de la conversion des populations locales, créoles et indiens Mayas.
À force de patience et de d’amitié, les réalisateurs ont su trouver les mots pour être autorisés à filmer, les premiers, dans les communautés mennonites qui cultivent la discrétion et l’isolement comme une seconde nature. Ils présentent un film de rencontres et de complicité avec des individus, qui ont bien voulu raconter leurs fortes convictions mais aussi leurs doutes posés par la confrontation avec le monde moderne.
Leurs réflexions, à contre-courant des tendances actuelles, est une invitation à réfléchir sur notre propre mode de vie.
Quatre rencontres au pays des hommes modestes.

Nobody ever speaks about Belize, the smallest country of Central America. Probably, this is the reason why Mennonites, these religious people close to the Amish, settled here in 1958. And so that nobody ever comes to speak about them, they chose to live within the rain forest even if they had to face mosquitoes and dysentery, with their old-fashioned clothing, their few tools and their tremendous religious obstinacy.
Belizean Mennonites communities are very diverse nowadays. Some still refuse tap water, engines or electricity. Others, among the first settlers, overpowered by the appalling conditions of the life in the forest, decided to use modern technology to survive. Some communities are more recent and made up of converted local Creole and Maya populations.
By means of patience, the directors became the first ones to be granted the authorization to film those Mennonite communities, to whom discretion and isolation have become second nature. The result of shared trust and complicity, this documentary presents individuals, who agreed to tell us about their strong convictions but also about their doubts in the face of the modern world. Their ideas, which go against current trends, are an invitation to reflect on our own way of life.