film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Young Oceans of Cinema
Jean Epstein, la mer lyrosophe
© Bathysphère productions
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Catalogue des vidéos à la demande

  • Distributeur(s) :

    Bathysphère Productions

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.

    + Images de la Culture
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus

Au sommet de sa carrière, Jean Epstein rompt avec l'industrie du cinéma et décide de suivre une voie personnelle et novatrice. La Bretagne accueillera cette recherche.
Plus d'un demi-siècle après la mort du cinéaste, James Schneider nous invite à la redécouverte d'une œuvre vivante, réflexive et toujours moderne.

"En novembre 2004, je me suis trouvé à la pointe Nord de Belle-Ile un soir de tempête, là où Jean Epstein, cinéaste et philosophe, a tourné Le Tempestaire (1947). Sans me rappeler qu’Epstein avait filmé exactement au même endroit, mais ayant vu le film, j’ai filmé le phare, enregistré le son de l’eau, des vagues, au crépuscule et pendant la nuit. En regardant et en écoutant les enregistrements, j’ai senti qu’il y avait des liens intimes entre la raison d’être du cinéma et les lieux bretons autour desquels Epstein a gravité. Tout de suite, une idée de film m’est venue."

Young Oceans of Cinema is a portrait of French avant-garde filmmaker Jean Epstein (1897-1953) focusing on his work in Brittany, and particularly its islands, where he tested his profound aspirations for cinema. With rare film excerpts, photos, and articles, as well as interviews with Jean Rouch and Epstein's sister Marie, the film offers an introduction to the theories of this fiercely independent director, often cited as "the first philosopher of cinema."