film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
74. Istiaadat Nidal
74. Reconstitution d'une lutte
© Orjouane Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Rania Rafei, Raed Rafei

IMAGE

Nadim Saoma

SON

Stéphane Rives, Fadi Tabbal

MONTAGE

Rania Rafei

PRODUCTION / DIFFUSION

Orjouane Productions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Orjouane Productions

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"1974. Le Liban est en pleine ébullition intellectuelle, culturelle et politique. De mars à avril, durant 37 jours, une poignée d’étudiants de l’American University of Beirut occupent les locaux de l’université pour protester contre l’augmentation des frais de scolarité. 2011 : en pleine révolutions arabes, Rania et Raed Rafei décident de faire un pas en arrière et de réinterroger la situation présente à la lumière de cette période riche d’espoirs, prélude aussi à la guerre civile.
Réactiver le passé ? L’évoquer ? Le reconstituer ? Question cruciale. Ici la méthode est décisive. D’abord se documenter méticuleusement. Puis lancer l’expérience, car autant qu’une relecture de ces événements passés, il s’agit de voir ici leurs résonnances actuelles. Ainsi les protagonistes d’hier sont incarnés par leurs homologues potentiels d’aujourd’hui, acteurs politiques engagés dans les luttes présentes. Qu’est-ce que la démocratie aujourd’hui, comment lutter ? Quelques indications, quelques accessoires emblématiques comme autant de signes (une image du Che, un mégaphone) et les voilà lancés dans cette expérience portée par l’improvisation, où une forme de théâtralité accentuée par le huis clos dialogue avec le cinéma. Et, dans cette dialectique du passé et du présent, les mémoires circulent autant que les paroles au présent, à l’instar des entretiens qui ponctuent le film, paroles d’hier et d’aujourd’hui indiscernablement mêlées." (Nicola Féodoroff, FID 2012)

"1974. Lebanon is in intellectual, cultural and political ferment. Between March and April, for 37 days, a few students from the American University of Beirut occupy the university’s premises to protest against rising tuition fees. 2011: in the midst of the Arab Spring, Rania and Raed Rafei decide to step back and reconsider today’s situation in the light of that period which was pregnant with hope, but also a prelude to civil war.
Should they revive the past? Recall it? Reconstruct it? That’s a crucial question. Here the method is decisive. First, make meticulous research. Then launch the experiment, as the film doesn’t only reread past events, but also searches for their echo in today’s time. Thus yesterday’s protagonists are portrayed by their likely modern counterparts, political actors involved in present struggles. What is democracy today, and how can we fight? A few guidelines, a few emblematic accessories as so many signs (a picture of Che Guevara, a megaphone) and here they go, launching into an experiment based on improvisation, in which a form of theatricality accentuated by the enclosed setting interact with cinema. And in this dialectic of past and present, memories go around as freely as words in present time, just like in the interviews which punctuate the film – yesterday’s and today’s words getting inextricably mixed." (Nicola Féodoroff, FID 2012)

Distinctions