film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Cabaret Crusades : The Path To Cairo
  • France | 2012 | 59 minutes | HDV
  • Un film de Wael Shawky

"Le projet de Wael Shawky, prévu en quatre volets dont voici le second, frappe par sa beauté autant que par sa singularité. À commencer par sa source d’inspiration : Les Croisades vues par les Arabes (1983), d’Amin Maalouf. Renversant les perspectives, son essai souligne le rôle des luttes de pouvoir. Or ces conflits d’intérêts divisent également les deux camps: trahisons et assassinats vont bon train, sans toujours recouper l’enjeu des confessions respectives.
De ce vaste tissu d’intrigues, Shawky fait un récit "distancié", brechtien. D’abord, ce sont des marionnettes, 120 ici, en céramique superbement ouvragée, selon la technique artisanale des santons de Provence (fabriquées à Aubagne dans une église !), qui figurent les personnages historiques, filmées selon un découpage cinématographique. Dans cette mini-grosse production, hommage est ainsi rendu à la tradition populaire. C’est elle qui porte l’épopée médiévale, pour enrayer l’héroïsme grandiloquent et souligner combien nos destins ont pris là un tournant décisif. Ensuite, c’est d’organiser cette chronique en "numéros", comme dans une revue de Cabaret, avec ses morceaux chantés, ou de Grand Guignol avec ses meurtres horrifiques (The Horror Show File sous-titrait le premier volet). Dans ce chapitre, l’action court sur 46 ans, entre la fin de la première croisade en 1099 et le début de la seconde, nourrie du souci constant de questionner notre représentation de l’Histoire, nouant le passé au présent." (Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2012)

"Wael Shawky’s project is both strikingly beautiful and curious, starting with what inspired the whole thing: The Crusades through Arab Eyes by Amin Maalouf (1983). Reversing perspectives, this essay highlights the extent of power struggle as conflicts of interest divide both camps: betrayals and assassinations spread far and wide without ever intersecting with issues regarding respective religions.
Shawky has managed to turn this vast web of intrigue into a Brechtian ‘distanced’ story. First come the puppets, a hundred and twenty of them, made of finely worked handcrafted ceramics following the Santons of Provence technique (and filmed in a church in Aubagne!), representing historical figures filmed according to a cinematic shot breakdown. This mini-‘big production’ thus pays tribute to a popular tradition which brings out medieval epic tales to counter pompous heroism and stress the decisive turning point our fates have been brought to. Then comes the chronicle’s structure organised into various ‘acts’ echoing either a cabaret revue when featuring singing parts or a Grand Guignol performance when showing horrendous murders (The Horror Show File was the subtitle for the first part). In this chapter, the action spans 46 years, from the end of the first Crusade in 1099 to the start of the second one, fostered by permanent concern with questioning our representation of History while joining past and present together." (Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2012)

Thématique
Distinctions