film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Dictée: An Homage to Theresa Hak Kyung Cha
© .
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Mi Young

IMAGE

Sun Young Suk

SON

Sohyun Lee

MONTAGE

Mi Young

MUSIQUE ORIGINALE

Hyun Jin Jung

PRODUCTION / DIFFUSION

Sedna Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Sedna Films

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Canada, Corée du Sud | 2012 | 32 minutes | Vidéo
  • Un film de Mi Young

"Au départ un texte – et un destin tragique. En 1982, l’artiste coréenne Theresa Hak Kyung Cha, installée depuis peu aux États-Unis, est tuée par un forcené dans les rues de Manhattan, à 31 ans, trois jours après la publication de Dictée, son premier et unique livre. Comment redonner voix à ce texte ? Comment rendre corps à celle qui fut à la fois poète, sculptrice, performeuse et cinéaste, et dont le langage fut la materia prima ?
Travail de témoignage, et d’adaptation, qui a commandé d’incarner l’absente par une actrice. Traduction d’une femme vers une, puis plusieurs autres femmes, du coréen vers l’anglais, de la guerre de Corée à New York, ce sont autant de lieux et d’événements emblématiques du parcours et de l’oeuvre de l’artiste que Lee Mi-young évoque. Aucun document, aucune archive propres à Theresa Hak Kyung Cha, mais le parti de rejouer sur place les actes réels, fantasmés, supposés, afin de revivifier aujourd’hui leur présence théâtralisée via le biais de la performance. Hors de tout mimétisme, naturalisme ou fétichisme, Lee Mi-young ouvre ainsi la possibilité d’une transcription qui puisse accueillir la réactivation d’un parcours, géographique autant que psychique. Autant de passages de frontières engagés par l’artiste américaine, entre écritures, pays, époques, modes d’expression, où voix et langues se mélangent. Foisonnement polyphonique, hommage vivant à l’écriture hybride que Theresa Hak Kyung Cha voulait guidée par les neuf muses, convoquées dans Dictée comme autant de chapitres, à organiser cette rare biographie." (Nicolas Féodoroff, FIDMarseille 2012)

"A text and a tragic destiny to start with. In 1982, the Korean artist Theresa Hak Kyung Cha, who had recently moved to the United States, was killed by a crazed gunman in the streets of Manhattan. She was 31 years old and her first and only book, Dictee, had just been published three days beforehand. How could this text regain a material voice? How could the poet, sculptor, performer and filmmaker, whose materia prima was her own language, regain a material body?
Both a testimony and an adaptation, this work had the missing person embodied by an actress. Through translations of one woman to first another and then several other women, Korean language to English language, Korean war to New York, Lee Mi-young tells us about all the emblematic places and events that marked the work and career of the artist. No document, no record regarding Theresa Hak Kyung Cha. Instead, the actress reproduces actual, fantasised and imagined actions to restore their dramatised presence through performance. Excluding all types of mimicry, naturalism or fetishism, Lee Mi-young creates a possible transcription to reactivate a geographical and mental path. Many borders are crossed by the American artist, between writings, countries, eras and modes of expression, voices and languages being mixed together. This is a polyphonic proliferation, a living tribute to hybrid writing that Theresa Hak Kyung Cha wanted to be guided by the Muses, the latter being convoked in Dictee as many chapters organising this rare biography." (Nicolas Féodoroff, FIDMarseille 2012)

Distinctions