film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Général Ishiwara, l'homme qui déclencha la guerre
© Arturo Mio / SubReal
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Paul Jenkins

AUTEUR(S)

Bruno Birolli, Olivier Heinemann, Guillaume Podrovnik, Stéphanie Roussel

IMAGE

Krunoslav Vrbat

MONTAGE

Olivier Heinemann

MUSIQUE ORIGINALE

Yan Volsy

PRODUCTION / DIFFUSION

RSI - Radiotelevisione Svizzera di lingua Italiana, SubReal, Arturo Mio, ARTE France

PARTICIPATION

CNC, Procirep

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

SubReal

ISAN : ISAN 0000-0002-D734-0000-S-0000-0000-R
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • France | 2012 | 82 minutes | Vidéo HD
  • Un film de Paul Jenkins

La plupart d’entre nous pensent que la Seconde Guerre Mondiale commence le 1er septembre 1939, lorsque l’armée allemande envahit la Pologne, et que le conflit s’étend à l’Asie, le 7 septembre 1941, quand le Japon attaque la base américaine de Pearl Harbor. En fait, ce conflit prend ses racines dix ans plus tôt lorsque la Mandchourie est envahie par l’armée japonaise, conduite par un homme aujourd’hui méconnu : le général Kanji Ishiwara. À partir des années 1920, il consacre sa vie à mener son pays sur le chemin de la confrontation avec l’Amérique et ses alliés. Paradoxalement, alors qu’il avait prédit cette guerre et fait tout ce qui était en son pouvoir pour la provoquer, il tenta désespérément de la faire cesser, une fois celle-ci déclenchée. Cette histoire apporte un nouvel éclairage sur la Guerre du Pacifique, son déclenchement, et les mécanismes universels à l’œuvre dans les périodes de crise profonde. L’un de ses points forts réside dans le fait que le général Ishiwara a lui-même photographié et filmé ses hommes, sa vie quotidienne, sociale et familiale, nous offrant la rare opportunité de voir – et de comprendre– cette période sombre de l’histoire de l’humanité, à travers le regard d’un de ces principaux acteurs et témoins. Brutal, excentrique, petit-fils de samouraï, germaniste, bouddhiste, fasciste, théoricien de la Guerre Finale, photographe, dessinateur, caméraman, et doué d’un talent certain pour théâtraliser sa propre vie, la personnalité singulière du général Ishiwara apporte un souffle peu commun à ce documentaire historique