film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Beauté animale
The Animal Beauty
© Les poissons volants
1/2
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

La beauté surprenante des formes et des couleurs du monde animal a inspiré très tôt les artistes des origines (Lascaux, Chauvet, Altamira…) et, depuis cette préhistoire de l’art, l’animal n’a cessé d’être au centre des préoccupations des dessinateurs, des peintres, des décorateurs, des sculpteurs. Dieux chez les Égyptiens, métamorphoses fatales chez les Grecs ou les Romains, diables maléfiques chez les Européens du Moyen-Âge, génies chez les anciens Chinois, esprits des ancêtres chez les Africains, les animaux ont toujours été au centre des cultures humaines.
Si les artistes des temps modernes comme Léonard de Vinci, Durer, Géricault, Delacroix, Barye, Giacometti, Picasso, Louise Bourgeois, ont été tellement hantés par certaines figures, c’est bien parce qu’ils se rendaient compte que le statut des animaux en marge des sociétés humaines posait de vraies questions philosophiques ; celle de la communication, celle de l’altérité, celle du fondement animal de notre propre personnalité. Depuis toujours le destin de l’animal a été vécu comme symbolique de celui des êtres humains et la beauté de certaines espèces comme un but presque impossible pour les artistes. La contemplation des œuvres d’art inspirées par les animaux nous entraîne vers des réflexions sur la place de l’animal dans la nature, une nature entièrement redessinée par l’homme. Et aussi sur sa place par rapport à ce qui définit l’humanité.
Aujourd’hui, alors que de nombreuses espèces ont disparu, que d’autres sont menacées, le statut des bêtes est une vraie question politique qui transparaît dans les innombrables représentations que donnent les artistes de leurs animaux fétiches.

Today, animals are central to creation. The use of stuffed animals, even living animals, by visual artists; transgenic art; the creation of artefacts… all these practices examine our link with animals and are an opportunity – constantly revisited – to test the solidity of the bond between art and science. The history of art is filled with anecdotes about animals, a few of which we shall relate. Throughout successive civilisations, however diverse, animals – whether as mascot, model, prey or god – have remained central to every culture. They are present at countless events in public life. We venerate them as we do our ancestors. They are behavioural models and as such feature largely in heraldry. They are weapons of war, mounts in tournaments. They are companions in the home. They are at the heart of the hunt, for patricians and paupers alike. They are reared, bred and butchered. They are displayed and exhibited, a permanent show and an object of fascination. The reason artists such as Géricault, Delacroix, Barye, Giacometti and Picasso have been so haunted by certain animals is also because they realised that the status of animals in proximity to human societies poses a real philosophical question of otherness, of communication. Humans have always seen animals’ fate as symbolizing that of their own. By means of the moving image alone (and its edited form), art history will lead us to a kind of moral philosophy of the age-old links between men and animals.

Thématique