film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Algérie : la dernière génération
© L'Esprit du Monde Production
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Evelyne Garcia Jousset

IMAGE

Evelyne Garcia Jousset

MONTAGE

Sophie Averty

MUSIQUE ORIGINALE

Xavier Plouchart

PRODUCTION / DIFFUSION

L' Esprit du Monde Production

PARTICIPATION

Région Pays de la Loire

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

L' Esprit du Monde Production, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0003-2613-0000-U-0000-0000-L
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    L' Esprit du Monde Production

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus

Nous avions entre 5 et 10 ans quand nous sommes partis d'Algérie en 1962. Sans trop comprendre ce qui se passait. Bien des années après, que reste-t-il de cette histoire en nous ? Pour beaucoup, cela a signifié la brisure de l'enfance, à jamais. Comment l'avons-nous vécu ? Digéré ? Se reconstruire fut la priorité de tous. La plupart y sont arrivés. D'autres non. Mais les enfants que nous étions ont été négligés, tenus à l'écart d'un drame qui a eu l'effet d'un séisme au sein de beaucoup de familles. En vieillissant, apaisés, nous faisons un bilan pacifié et posons un regard plein de compassion sur cette Histoire qui est aussi la nôtre. Pas d'images d'archives, pas de chronologies, seuls les cœurs parlent.

We had between 5 and 10 years when we left Algeria in 1962. Without understanding too much what occurred. Many years after does remain of this history in us? For much that the crack of childhood meant, ever. How lived it? Digested? To be rebuilt was the priority of all. The majority arrived there. Others not. But the children who we were neglected,held away from a drama which had the effect of a seism within much of families. Into growing old, alleviated, we make a pacified assessment and pose a glance full with compassion on this History which is also ours. No the stock-shot, not about chronologies, only the hearts speaks.