film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Brassens et la Jeanne
© Aligal Production
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Delphine Deloget

IMAGE

Didier Gohel, Stéphane Correa

SON

Marcel Roubas

MONTAGE

Delphine Deloget

PRODUCTION / DIFFUSION

Aligal Production, France Télévisions

PARTICIPATION

Région Bretagne

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Aligal Production

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Chez Jeanne, LA Jeanne. Son auberge est ouverte aux gens sans feu ni lieu. On pourrait l'appeler l'auberge du Bon Dieu s'il n'en existait déjà une. La dernière où l'on peut entrer sans frapper, sans montrer patte blanche... Chez Jeanne, la Jeanne on est n'importe qui, on vient n'importe quand et, comme par miracle, par enchantement, on fait partie de la famille. Dans son coeur, en se poussant un peu, reste encore une petite place. Tout le monde connaît la chanson, puis en poursuit la déclamation. Le répertoire exigeant et populaire à la fois de Brassens l'"ours mal léché de la chanson" a traversé les générations. Mais savons-nous qui est cette Jeanne, celle qui fût l’amante, la confidente, l’ange gardien de Georges Brassens ? Lorsque Georges Brassens rencontre Jeanne, il n’est pas encore Brassens. Nous sommes en 1943, Paris, la seconde guerre mondiale, l’occupation. Arrivé de sa ville natale, Sète, qu’il dû quitter quelques années auparavant à la suite de quelques bêtises, il a tout juste 22 ans. Elle en a 52. Trente ans les séparent, et pourtant ils tombent immédiatement amoureux. Elle est charmée par sa beauté, lui, par la liberté et la force de cette femme. "Elle est un peu folle", c’est ce qui revenait souvent à la bouche de Brassens lorsqu’il évoquait Jeanne. Sûrement parce que cette "folie douce" le fascinait et lui avait permis de devenir l’artiste que l’on connaît. Le chanteur vécut chez elle au fond d’une petite impasse du 14e arrondissement près de 22 ans. Jeanne fut la première à croire en Brassens. Elle finança avec ses maigres revenus de couturière ses premiers écrits. Elle lui offrit sa première guitare. C’est chez Jeanne que Georges affirma ses convictions et écrivit l’essentiel de son œuvre. Sans Jeanne, Brassens n’aurait peut-être jamais existé. Le chanteur lui resta fidèle toute sa vie et même au-delà, quand Brassens le Sétois ira s’installer en Bretagne à la mort de Jeanne. Jeanne n’est pas un relation secrète mais Brassens l’a toujours gardée dans l’ombre. De leur histoire, il reste peu de traces : des chansons, des lettres, un journal intime et des images filmées par Brassens lui-même. Des fragments de vie éparpillés comme des traces inconscientes… Comme si Brassens n’attendait qu’une chose : que l'on raconte enfin son histoire, celle de la rencontre improbable entre une petite couturière sans le sou et un jeune poète qui ensemble, donnèrent naissance à Brassens, l’artiste consacré et reconnu.