film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Grain de sel
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Laurent Billard

IMAGE

Nedjma Berder, Laurent Billard

MONTAGE

Martine Armand

PRODUCTION / DIFFUSION

Aligal Production, France 3

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Aligal Production, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0003-77A4-0000-W-0000-0000-F
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Après des siècles d'exploitation, les marais salants de l’ïle de Noirmoutier en Vendée déclinent. Au début des années quatre-vingt, quatre jeunes venus de la ville relancent l'activité. Difficile pour eux de se faire accepter. Ils doivent faire face aux réticences du monde agricole local qui ne comprend pas très bien ce que viennent faire ces "Parisiens". Le réalisateur Laurent Billard faisait partie des quatre jeunes venus reprendre un marais. Trente ans plus tard il revient sur l’Île pour nous raconter, à la première personne, cette histoire de renaissance. "À 25 ans j’avais le goût de quitter Paris, ma ville natale. Un couple d’amis venait de reprendre un marais salant à Noirmoutier. J’ai fait comme eux ! Premiers coups de pelles, premières ampoules aux mains, découverte d’un milieu magnifique, fait de vase, de marées, de ponts et puis de mots : boutoué, rouable, ételle, mulon, étier. Pendant 10 ans, je suis devenu saunier. Je n’ai rien regretté, ça a été la partie sans doute la plus heureuse de ma vie même si les difficultés ont jalonné cette belle époque. Cela commença pour moi par deux années sans sel, pour cause de pluie aggravée par mon inexpérience. Et puis il y eut ce premier sel apparu un soir au fond de l’œillet, des larmes de joie, après deux ans de remise en état de salines abandonnées depuis une trentaine d’années. Jeunes et anciens n’ont pas vécu cet arrivage de la même manière. Certains étaient dans le rejet, d’autres dans l’accueil. Pour ma part, je me liais d’amitié avec mon vieux voisin de marais, puis avec les autres. A leur contact en écoutant leurs histoires, j’apprenais. Plus qu’un métier, un univers, fait de marées, de fuites, de tempêtes, de sécheresse, d’argile et de sel, de vase et de sueur." L’activité est sauvée, plus de cent sauniers récoltent le sel à Noirmoutier, leurs revenus sont garantis par une commercialisation sur le territoire national, référencement, communication, labellisation, marketing, publicité. Peut-être une disparition d’un certain charme de pionniers, mais en tout cas une réussite en termes d’environnement et d’économie. A l’aide des images que j’ai tourné à l’époque et avec des nouvelles interviews de ces personnages pour la plupart toujours vivant, je vous raconte cette petite histoire : comment de vieux sauniers ont vu débarquer ces jeunes citadins, naïfs, rêveurs et courageux. Comment ensemble et avec difficulté ils en ont fait une réussite