film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
The Bata City
La Ville Bata
© The Bauhaus Foundation
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Stéphanie Fortunato

IMAGE

Stéphanie Fortunato

SON

Vincent Verdoux

PRODUCTION / DIFFUSION

The Bauhaus Foundation

PARTICIPATION

Offener Kanal Dessau

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Stéphanie Fortunato

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"The Bata City" est un documentaire sur le modèle urbain que cette société a créé et développé à travers le monde. L'entreprise Bata a créé et expérimenté le premier exemple de ville globale dans les années 1930, à travers plusieurs continents et différents pays. En homogénéisant l'architecture et la vie de ses travailleurs, une communauté transnationale fut créée : les Bata men et women. Ce n'est pas l'histoire d'une ville spécifique mais plusieurs. Six villes sont mixées dans ce film: Zlin (République Tchèque), Batadorp (Hollande), Bataville (France), Bata Park (Suisse) et Batanagar (Inde). Les interviews et images d'archives sont d'East Tilbury (Angleterre). Ce film est une vue d'ensemble sur cette création industrielle et fonctionnaliste ; utilisant le même outil que l'entreprise pour développer une critique envers l'oeuvre de Bata : la propagande.

"The Bata City" is a documentary film about the company town model that this company created and developed through the world. Bata Company has created and experimented the first example of globalised city in the 1930's through several continent and countries. By homogenising architecture and worker’s life it shaped a transnational community: Bata men and women. It's not about one specific city but on several. Six cities created by Bata are mixed in my movie: Zlin (Czech Republic), Batadorp (Holland), Bataville (France), Bata Park (Switzerland) and Batanagar (India). Archive shots and interviews are from East Tilbury (England). This movie is an overview of this industrial and functionalist creation using the same tool as the company to develop its critic toward Bata’s piece: propaganda.