film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Ordre français : 17 octobre 1961
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Jacques Beryl

IMAGE

Jean-Jacques Beryl, Richard Sovied

SON

Jean-Jacques Beryl, Richard Sovied

MONTAGE

Ghislain Duval, Barbara Floro Torrisi, Pierre-Simon Ottajv

PRODUCTION / DIFFUSION

Blue Méridien Créations

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Blue Méridien Créations, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"En Algérie, nous rétablissons l’ordre, ce que nous entendons par ordre français", déclarait Michel Debré, Premier ministre, sous la présidence de Charles De Gaulle, en avril 1956. Il s'agissait, bien entendu, de l'ordre colonial au mépris de l’ordre républicain, en Algérie comme à Paris où, le 17 octobre 1961, des Algériens affluant des bidonvilles de banlieue furent massacrés par la police du préfet Maurice Papon, alors qu'ils défilaient pacifiquement pour l'indépendance de leur pays. Le 17 octobre 2001, une plaque commémorative est apposée à Paris sur le pont Saint-Michel: "A la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961". Un déferlement de haine raciale, cela moins de 20 ans après la rafle des Juifs, en juillet 1942. Un Algérien, victime de cette ratonnade, nous dit, en retenant ses larmes, "Je fais encore des cauchemars." Durant cet hommage, manifestants et contre-manifestants s'affrontent : anciens appelés du contingent, anciens membres du FLN, anciens Harkis, Pieds-Noirs, militants d’extrême gauche et d’extrême droite, Français de l'immigration algérienne, qui semblent rejouer la guerre d'Algérie. "Il faut tourner cette page, sans l'oublier, bien sûr" commente l'historien Benjamin Stora. Le 17 octobre 2012, 51 ans après cette page tragique de l'histoire franco-algérienne, le président de la République, François Hollande, a reconnu les faits. Ce qui soulève une polémique où les blessures de la mémoire sont ré-ouvertes, une fois de plus