film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
The Art of Becoming
© Clin d'oeil films
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

The Art of Becoming est un documentaire poétique sur trois enfants mineurs non accompagnés en provenance d'Afghanistan, de Syrie et de Guinée, qui espèrent un avenir stable en Europe.
Leurs histoires sont intimement liées : Fattah travaille à Istanbul, dans l'espoir d’économiser assez d’argent pour le voyage en Grèce, puis en Italie. Saleh a vécu en Europe pendant trois ans, mais aspire à revoir ses parents. Mamadou s'accroche à son travail et ses études en Belgique, en dépit d'être devenu un sans-papiers. À travers leurs récits, l'ensemble du cycle de la migration est décrit, en partant de projections irréalistes sur l'Europe jusqu’à la vie spécifique dans un centre de réfugiés en passant par la lutte acharnée pour éviter l'expulsion.
La trajectoire des personnages est le fil conducteur du film. Il oriente clairement les entretiens, mais opte radicalement vers une représentation artistique de la réalité de chacun des garçons à travers des prises de vue à la frontière du film de fiction. Cela donne un portrait des protagonistes intime, sans jugement, qui ne craint pas de révéler les convictions personnelles, les émotions, les aspirations, voire les préjugés.
"The Art of Becoming" est un film émouvant, parfois drôle, sur trois jeunes qui ressemblent à leurs homologues européens plus que ce qu'ils en diffèrent. Tout comme n'importe quel adolescent, ils rêvent de rencontres ou de leur future carrière et veillent aussi aux choix de leurs chaussures ou du gel pour les cheveux.
Dressant un portrait spirituel de la vie quotidienne, le film adopte un contenu à la fois authentique et universel du phénomène complexe de la migration, trop souvent réduit aux statistiques et aux discours idéologiques.
Co-réalisatrices, Hanne Phlypo et Catherine Vuylsteke ont optées pour un suivi imaginatif de la vie de trois mineurs non accompagnés. Elles optimisent l'esthétique de la réalité et se concentrent sur le pouvoir de l'image à travers le non-dit. Leurs longues relations établies avec les protagonistes leur ont permis de gommer la distance entre le sujet et cinéaste, entre l'inconnu et le famillier. Ainsi, elles offrent au spectateur un aperçu privilégié de l’univers de leurs personnages, avec leurs rituels réconfortants, leurs espoirs hésitants, leurs croyances inébranlables ou leurs malheurs inévitables.
La musique originale de Karim Baggili mêle des influences orientales dans une ambiance sonore intime, en accord avec l'atmosphère subtile du film en évitant la pesanteur.

The Art of Becoming is a poetical documentary on three unaccompanied minors from Afghanistan, Syria and Guinea, who hope for a stable future in Europe. Their stories are intertwined : Fattah toils in Istanbul, hoping to earn enough for the journey to Greece and then Italy ; Saleh has been living in Europe for three years but yearns for his parents; and Mamadou tries to hang on to his job and his education in Belgium in spite of having become an undocumented migrant. Through their stories the entire cycle of migration is portrayed, from the unrealistic projections of Europe to the specific life in a care-center or the relentless struggle to avoid deportation.
The movie is character-driven. It steers clear of traditional interviews but radically opts for an artistic depiction of the reality of each of the boys through a camerawork that borders that of fictional movies. This makes for an intimate, non-judgmental portrait of the protagonists, that does not shy away from their personal convictions, emotions, aspirations or even prejudice.
‘The art of becoming is a touching and at times funny movie about three youngsters who resemble their European peers more than they differ from them. Just like any teen they dream about dating and future careers, while being quite fussy about vegetables or hair gel. With its witty portrayal of daily life the movie adds both authentic and universal content to the complex phenomenon of migration, that is too often reduced to statistics and ideological discourse.

À propos du film