film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Legionär Nr. 5720, Leonhard Buholzer alias Fritz Eichenberger
Légionnaire Nr. 5720, Leonhard Buholzer alias Fritz Eichenberger
© Marianne Schneider
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Marianne Schneider

IMAGE

Martina Rieder, Walther Sievi

SON

Peter von Siebenthal

MONTAGE

Anja Bombelli, Ruth Schläpfer

MUSIQUE ORIGINALE

Gino Suter

PRODUCTION / DIFFUSION

Marianne Schneider

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Marianne Schneider, La Maison du doc

ISAN : ISAN 0000-0003-A4BF-0000-Q-0000-0000-X
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

De nationalité suisse, enfant placé, Leonhard B. s’enfuit à l’âge de18 ans et s’inscrit à la Légion étrangère. Affecté à la cavalerie, il constate l’impossibilité qu’il y a à combattre des blindés et des avions avec des chevaux. Blessé, il est affecté aux travaux forcés dans l’industrie de l’armement du troisième Reich. Après plusieurs tentatives d’évasion, il parvient à rallier les partisans de Tito. Les combats sont exténuants, et on trouve rarement à se nourrir, se chausser, trouver une place où dormir. Il voit comment, après trois mois de mariage, sa femme est tuée. Confusion et terreurs ne l’empêchent pas de continuer à se fier à sa propre capacité de décision. De retour en Suisse à 27 ans, il comparaît devant un tribunal de division, qui l’acquitte. Il reste un solitaire et travaille dans diverses entreprises de construction. Aujourd’hui âgé de 94 ans, il vit à la Maison du légionnaire. A-t-il simplement et de façon récurrente eu de la chance ? Un ange l‘a-t-il protégé ? Ou est-ce un sens intuitif particulier qui lui a permis d’évaluer correctement les situations et de trouver des issues favorables ? Nul ne peut le savoir. Lui-même ne se répond pas non plus résolument à la question de savoir si, selon lui, il y a finalement une force divine

Leonhard B., a Swiss orphelin, runs away at 18 years and lands in the foreign legion. As cavalry soldier he is experiencing the impossible: to fight panzers and airplanes with horses. He gets injured, becomes part of the prisoner workforce in the weapon industry of the third Reich. After several unfortunate escapes he finally manages to reach some partisans of Tito. The fighting is exhausting; lice, cold and mud are very demanding. Food, shoes, clothes or a dry place to sleep remain scarce. He is witnessing, after only three months of marriage, how his wife gets killed. Despite the confusion and the horror he trusts in all situations his own capacity to judge and to act according to his conscience. When 27, he comes back to Switzerland and is freed of charges by a martial court. He remains a solitary. Today he is 94 and lives in an old people’s home of the foreign legion in France. The question, whether it was only luck or if all along there was a guardian angel with him, or if he simply had an extraordinary intuition for favourable issues in dramatic situations remains open. He still tries to find the answer to the question, whether there is ultimately a divine force……