film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Jobic, l'inconsolable
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Marie Chatelier

IMAGE

Jean-Marie Chatelier

SON

Jean-Marie Chatelier

MONTAGE

Christine Bouteiller, Jean-Marie Chatelier

PRODUCTION / DIFFUSION

Les Films du tamarin

PARTICIPATION

Pôle Image Haute-Normandie

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Les Films du tamarin, La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Filmer son père s’impose presque systématiquement dans le parcours d’un réalisateur. Claudio Pazienza, Arnaud Despléchin, Ara Sahiner, Stijn Van Santen, Raymond Depardon… Tous ont éprouvé ce besoin de raconter le père. Comme si ce geste-là était, à un moment donné de la vie d’un cinéaste, inévitable. Jean-Marie Châtelier a commencé à filmer Jobic, son père, à la fin de ses études d’architecture, en 1994. Il a accumulé des dizaines d’heures de rushes, de tous les formats. Super 8, Hi 8, DV Cam, HD. À filmer et filmer encore cet ancien marin qui a essayé comme il a pu, de vivre après la mort de sa fille. Et quand ce fils n’a plus été capable de filmer son père, il l’a dessiné. Et convoqué celui que son père aurait pu devenir sans la mort de sa fille, Michel Piccoli, l’architecte des "Choses de La vie", son film préféré. Comme si l’intrusion de la fiction dans le corps documentaire pouvait seule éviter la pornographie de ces instants infilmables.

Thématique