film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Tonight and the People
© Petit film
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Neil Beloufa

IMAGE

Guillaume le Grontec

SON

Benjamin Laurent, Arno Ledoux, Jordan Miller

MONTAGE

Ermanno Corrado

PRODUCTION / DIFFUSION

Petit film

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Petit film

ISAN : ISAN 0000-0003-A0FC-0000-D-0000-0000-Z
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • États-Unis, France | 2013 | 80 minutes | Vidéo HD
  • Un film de Neil Beloufa

"Dans un Los Angeles imaginaire, une bande de cow-boys, un groupe d’activistes, trois hippies, quatre adolescents et quelques gangsters attendent un événement important qui doit arriver ce soir. Pendant ce temps, ils évoquent leurs valeurs, leurs rêves, leur idéal amoureux et la façon dont la politique influence leur vie quotidienne." Ainsi se présente le synopsis du premier long-métrage de Neil Beloufa, suite ample et logique à plusieurs courts, dont le très beau Kampinski (2007). Encore faut-il préciser qu’un tel assemblage, hétéroclite et improbable, est retenu dans les rets d’un ordre sévère. Eclairé sous les feux étals d’une lumière de sitcom, décors affichant leur artifice appuyé, voix enregistrées sans profondeur à prononcer des dialogues, fruits d’un montage d’entretiens préalables, casting stéréotypé pour un jeu mécanique, rien ici ne déborde, la vie a pris la fuite, abandonnant des enveloppes physiques à leur destin de pantins. Si l’entreprise touche à la fois à l’enquête sociologique (faire entendre crûment le vide de truismes effectivement recueillis) et à l’étude des représentations imaginaires (accumuler les clichés de situations sociales telles qu’elles sont dictées et reproduites par la télévision), le résultat de ce travail minutieux est autre. Le réalisme vire au fantastique. Car l’apocalypse attendue par tous ces personnages est déjà arrivée, c’est en Enfer que l’on se trouve.
(Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2013)

“In an imaginary Los Angeles, a bunch of cow-boys, a group of activists, three hippies, four teenagers and a few gangsters are waiting for a major event that is supposed to happen tonight. Meanwhile, they talk about their values, dreams, ideal lovers, and about how politics affect their lives.” Such is the synopsis of Neil Beloufa’s first feature film, the lengthy and logical follow-up to several short films, including the beautiful Kampinski (2007). But it should be added that this heterogeneous and unbelievable reunion is caught in a rigorously ordered net. With sitcom-like flat lights, deliberately artificial settings, recorded depthless voices uttering edited dialogues from previous interviews, stereotyped cast and mechanical acting, nothing strays out of line, life has deserted the place, leaving physical shells to their fate as puppets. Although the project lies somewhere between a sociological survey (it crudely reports the emptiness of truisms actually recorded) and a study of imaginary representations (it piles up clichés of social positions dictated by and reproduced on TV), the outcome of this detailed work is something altogether different. Realism turns into fancy. Because the apocalypse all the characters are waiting for has already happened, and we are actually in Hell.
(Jean-Pierre Rehm, FIDMarseille 2013)

Thématique
Distinctions