film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
L'Homme de sable - Le Cinéma de Thierry Michel
The Man of Sand - The Flms of Thierry Michel
© Les Films de la passerelle
1/1
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

En 40 ans de carrière déjà, avec une filmographie riche, Thierry Michel semble être un réalisateur insatiable. Dégager en un film les lignes de force de ce travail d’une vie tient du défi. José-Luis Peñafuerte le relève avec brio, et signe un portrait organique et intimiste. L’inspiration du cinéaste prend sa source en Wallonie, dans la Belgique des années 60, à l’heure des luttes sociales et des combats syndicaux. En tant qu’assistant de Paul Meyer d’abord, puis derrière sa propre caméra, Thierry se découvre une âme de militant et réalise ses premiers films, dont le très combatif "Hiver 60". Puis vient l’envie de partir. De s’évader. De découvrir l’Ailleurs, dont la porte sera le Maghreb. Avec "issue de secours", le héros principal, en quelque sorte le double de Thierry Michel, cherche à donner un sens à son existence, confronté à l’espace infini du désert. Très vite Thierry se retrouvera ailleurs, au Brésil où il filme la misère des gosses de rue, en Iran où il capte les prémisses d’une jeunesse en manque de repères… Mais plusieurs fois au long de sa carrière, de façon obsessionnelle, il reviendra sur le continent africain, et principalement au Congo Zaire. Comme ont été créés jadis les terrils du pays noir de Charleroi ou ceux du Katanga aujourd’hui, il extrait du sous-sol les vérités qui mettent à mal les machines dictatoriales. Un travail indissociable de la prise de risque lui vaudra plusieurs arrestations, et une expulsion à deux reprises, et du Zaïre et du Congo. A posteriori, ses nombreux films dans ce pays où les archives audiovisuelles sont soit délaissées, soit biaisées, soit inexistantes, offrent une alternative pour une mémoire collective. Cependant, José-Luis n’hésite pas à poser, avec Thierry, ce constat quelque peu amer : le désir de changement à travers le cinéma n’impacte la population locale, la Belgique et la Communauté internationale que de façon relative. Mais l’envie de filmer reste intacte : son regard incisif, et son corps-caméra ne cessent de chercher de nouveaux territoires. Et plus les images sont fortes, plus José-Luis Peñafuerte nous fait découvrir les fêlures d’un homme confronté au réel, hanté à tout jamais par les images capturées

During his 40 years in the profession, Thierry Michel has built a rich catalogue of films and remains an insatiable director. Paying justice to the main thrust of this lifetime’s work in one film is a challenge. José-Luis Penafuerte rises to the challenge brilliantly, creating a portrait that is organic and intimate. The filmmaker’s inspiration is rooted in Wallonia, during the sixties in Belgium, at a time of social struggle and union battles. First as the assistant of Paul Meyer and then with his own camera, Thierry discovers his activist leanings and makes his first films, including the highly combative “Hiver 60”. Then comes his desire to leave, to escape, to discover Elsewhere, the gateway to which he finds in the Maghreb. The main hero of “Issue de secours” is, in a way, a double of Thierry Michel himself, seeking to give meaning to his existence by confronting the infinite space of the desert. Soon after that, Thierry finds himself elsewhere, in Brasil, where he films the poverty of the street children, then in Iran, where he captures the essence of the youth there, in search of direction… But regularly, obsessively, he returns to the African continent, mainly Congo/Zaïre. As the slagheaps of the black country of Charleroi were created in the past, as they are created in Katanga today, Thierry digs deep to extract truths that bring discomfort to dictatorial machines. His work, inextricably intermingled with the taking of risks, has got him arrested several times and deported twice, first from Zaïre, then from Congo. But his desire to film remains untarnished : his insightful gaze and his body-camera ceaselessly seek out new territories. And the stronger the images, the more José-Luis Penafuerte reveals to us the cracks of a man faced with reality, haunted forever by the images he has captured