film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Les Mots droits
© 13 Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Raymond Achilli

MONTAGE

Laurence Generet

MUSIQUE ORIGINALE

Simon-Pierre Maurin

PRODUCTION / DIFFUSION

13 Productions

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

13 Productions, ADAV, Colaco

ISAN : ISAN 0000-0002-C4A7-0000-D-0000-0000-Z
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Qu’est-ce que la justice ? Comment se construit un verdict ? Que ressent-on quand on juge ? Qu’est-ce que la vérité ? "Les Mots droits" répond à ces questions en brossant le portrait d’un homme à la personnalité inattendue, Régis Cayrol. En effet cet ancien commissaire de police devenu juge, partage sa vie entre justice et culture : il est à la fois président de cour d’assises de la cour d’appel de Montpellier, passionné de littérature et président de la scène nationale Le-Cratère-Théâtre d’Alès. Dans sa vie professionnelle, sans suivre une affaire spécifique, l’on pénètre au cœur d’une cour d’assises en faisant reprendre aux différents acteurs les places qu’ils occupent durant un procès dans la salle d’audience de Montpellier. Ces scènes mettent en situation les professionnels de justice et les différentes personnes qui viennent témoigner de leur expérience. Ce contexte permet de répondre à des questions : Comment en tant que président, Régis Cayrol aborde-t-il son travail ? Quelles sont ses méthodes ? Quels sont ses rapports avec les différents acteurs qu’il côtoie (les juges, les avocats, les victimes, les accusés, les jurés, etc.) ? Comment perçoit-il son métier ? Quelle définition donne-t-il à la vérité ? Les réponses sont d’autant plus pertinentes que Régis Cayrol a une vie culturelle dense qui témoigne d’une grande richesse humaine. Aussi, en contrepoint à l’exercice de sa fonction de président de cour d’assises, le suit-on dans ses multiples activités (théâtre du Cratère d’Alès, librairie et radio libre où il anime une émission littéraire). Au travers de cette alliance entre justice et culture, Raymond Achilli nous fait découvrir un juge bien différent de l’image convenue d’une machine froide qui applique les lois.