film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Elina Garanca, cantatrice
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Claire Alby

IMAGE

Étienne Carton de Grammont

SON

Michel Bensaïd

PRODUCTION / DIFFUSION

BFMI (Bernhard Fleischer Moving Images GmbH), ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen)

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

BFMI (Bernhard Fleischer Moving Images GmbH)

ISAN : non renseigné - en savoir plus
  • Autriche | 2007 | 52 minutes | Non spécifié
  • Un film de Claire Alby

La presse l'encense comme "la plus belle voix de Lettonie". Un timbre magnifique, un vrai talent de comédienne et une excellente technique : Elina Garana s'affirme déjà comme la nouvelle étoile au firmament des mezzo-sopranos. Des atouts qu'elle n'entend cependant pas galvauder. Car malgré son immense succès, la très glamour cantatrice a décidé de prendre son temps, afin que sa voix mûrisse pleinement. Née à Riga dans une famille de musiciens, elle n'a pas vraiment été encouragée à choisir l'opéra. Cantatrice elle-même, sa mère a même tenté de l'en dissuader, convaincue que sa fille n'était pas destinée à l'art lyrique. Et de la mettre en garde : "Tu dois être sûre de toi. Dans ce métier, être numéro huit ou neuf ne suffit pas. Il faut être numéro un ou rien." Mais Elina a travaillé avec acharnement pour parvenir au sommet. À la fin des années 1990, elle chantait à Meiningen son premier Octavian dans "Le chevalier à la rose", un rôle qu'elle ne cessera plus d'interpréter. Peu après, elle chantait à Francfort, puis à Vienne, Paris et Salzbourg où elle clôturait brillamment la saison 2003-2004 en incarnant Dorabella dans "Così fan tutte", sous la direction de Philippe Jordan

Thématique