film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Man From Tomorrow
© Jacqueline Caux
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jacqueline Caux

IMAGE

Patrick Ghiringhelli, Lazare Pedron

SON

Benjamin Bober

MONTAGE

Dora Soltani

MUSIQUE ORIGINALE

Jeff Mills

PRODUCTION / DIFFUSION

Jacqueline Caux

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Jacqueline Caux

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Il y a quelques mois, Jeff Mills m’a proposé de réaliser un film avec lui. Avant toute chose, et bien que connaissant sa musique depuis deux décennies, il m’a d’abord été nécessaire de mener avec lui un certain nombre de conversations, afin de mieux cerner ses centres d’intérêts les plus motivants, les plus inspirants, ainsi que ses questionnements et ses préoccupations. Ces conversations m’étaient d’autant plus nécessaires que, d’emblée, nous avions souhaité réaliser un film qui ne soit pas un portrait, au sens convenu du terme, mais quelque chose de plus plastique, de plus expérimental. Je voulais donc pouvoir imaginer des images qui seraient inspirées par ses propos tout autant que par sa musique. Nous avions également convenu de ne jouer qu’avec des images qui ne permettraient de situer, ni les lieux, ni l’époque, dans lesquels nous nous trouverions. Ce film est un parcours ludique au cours duquel les images réalisées nous proposent de cheminer, autrement, en proximité avec la musique de Jeff Mills.
La première partie du film se déroule sans aucune parole, le sens étant proposé à chacun - selon son propre imaginaire et ses propres projections - par l’alliance des images et de la musique. J’ai souhaité, qu’au cours de cette période, ce soit la musique qui ait la parole, afin que chacun puisse, à sa guise, "pénétrer" dans le son.
Dans la seconde partie, j’ai utilisé - en voix off - quelques propos de Jeff issus de nos conversations. Ces propos permettent de faire clairement entendre son intérêt pour le devenir de l’homme, pour le futur, pour les voyages dans l’espace et dans le temps. C’est cet imaginaire qui le nourrit lorsqu’il compose ses musiques. Ces propositions peuvent nous sembler actuellement de l’ordre du fantasme pourtant elles deviendront, très certainement, des réalités accessibles à l’homme et seront même sans doute nécessaires à la survie de l’humanité.
Dans ce film, la lumière est un élément important - comme elle l’est évidemment dans notre univers -, ainsi que les ombres qui déréalisent les personnages. Ces images esthétiquement hors normes, qui ne répondent à aucune règle préétablie, n’imposent aucune narration précise. J’ai souhaité, avant toute chose, donner libre accès aux sensations et m’approcher, avec les images, de ce que la musique produit avec les sons, sans pour autant directement les illustrer. J’ai ensuite soumis les rushes à Jeff Mills qui m’a alors proposé des musiques inédites. Il y a souvent, dans la musique de Jeff Mills, des éléments qui retiennent le temps, puisqu’une même image sonore peut revenir et s’imposer de telle sorte qu’il nous est possible d’en distinguer tous les détails. Cette force vive du son et ces images en mouvement dans l’espace exercent sur l’auditeur/spectateur des effets hypnotiques. C’est en quelque sorte le portrait de l’action de ces sons sur notre perception que les images du film ont voulu figurer, voire, renforcer.

A few months ago, Jeff Mills asked me to make a film with him. Before anything else, and even though I knew his music for two decades, it was first necessary to have a series of conversations with him in order to better identify the subjects that inspired and motivated him the most, as well as his questions and preoccupations. These conversations were even more important because from the very beginning, we wanted to make a film that would have a certain aesthetic quality, something more than just a portrait in the strictest sense. Consequently, I wanted to be able to imagine images that would be inspired as much by the words as his music. We also agreed to only use images that wouldn’t identify the actual locations – place and time – in which we were in. The film is a playful and visual journey intended to lead us through the music of Jeff Mills in a different way. The first part of the film is entirely without words; through a combination of music and images, it is left up to viewer’s imagination and personnal projections to create meaning. It was my desire that music would replace words, in this part of the film, so that the viewer could “penetrate” into the sound. In the second part, I use few voice-over excerpts of conversations I recorded with Jeff. These remarks clearly show his interest in the outcome of mankind, the future and his proccupations with travel in space and time. These are the topics that nourish his imagination when he composes music. These propositions may seem to us now to come from a world of fantasy; however, they will most certainly become realities accessible to mankind, and may be even become necessary for the survival of humanity. In this film, light is an important factor - just like it is an important element of our world - as are the shadows that dematerialize the characters in the film. These aesthetically unconventional images follow no set of rules and do not impose any specific narrative. Above all, I wanted to give free reign to the viewer’s subjective impressions, and physical sensations, in this film. Depending on the rushes I showed him after the shooting, Jeff Mills proposed original unpublished music. In the music of Jeff Mills, there are often elements that seem to hold back time, since the same sound-image can reoccur in such a way as to make in possible to distinguish all its facets. The sound’s lively force, along with these moving images in space, produce hypnotic effects on the listener/viewer. In a way, this is a portrait of the action that these sounds have on our perceptions, which the images in this film seek to match, or even reinforce…

Thématique
Distinctions