film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Home Sweet Home
© TS Productions
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Nadine Naous

IMAGE

Nedjma Berder, Talal Khoury

SON

Myriam Chayeb

MONTAGE

Pauline Casalis, Gladys Joujou

PRODUCTION / DIFFUSION

TS Productions, Umam Productions, Paris Brest productions

PARTICIPATION

CNC. Aide au développement

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

TS Productions, ADAV, Images de la culture (CNC), La Maison du doc

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?
  • Distributeur(s) :

    TS Productions

  • Vidéothèque permanente, gérée par la Maison du documentaire, accessible sur place ou à distance et réservée exclusivement aux professionnels de l’audiovisuel.
    En savoir plus
  • Depuis ses origines en 1978, le fonds Images de la Culture, géré directement par le CNC depuis 1996, constitue un outil privilégié pour la diffusion de la culture audiovisuelle en France. Le catalogue totalise aujourd’hui plus de 2700 œuvres documentaires.
  • Film disponible à l'Adav, catalogue réservé aux établissements éducatifs et culturels.
    En savoir plus
  • Liban, France | 2014 | 58 minutes | HD
  • Un film de Nadine Naous

À la suite des difficultés financières de son père, directeur d’une école progressiste dans un quartier chiite de Beyrouth, la réalisatrice retourne au Liban. En famille, les discussions fréquentes et souvent drôles, sont animées. À partir de ces confrontations se dessinent l’histoire récente du pays et la façon dont les changements politiques ont irréversiblement transformé la société.
"Mes parents vivent seuls à Beyrouth depuis le départ de leurs quatre enfants. Je suis l’aînée, la première à avoir quitté la maison. Je leur rends visite au pays alors qu’ils s’apprêtent à tourner une page dans leur histoire. À 69 ans, après plus de 40 ans de bons et loyaux services en tant que fondateur et directeur de "La Colline libanaise" mon père, criblé de dettes, doit vendre son école et partir à la retraite. Pour mon père, cette étape est forcément douloureuse. Elle est difficile à franchir. Pour ma mère, la vente de l’école semble être un soulagement, une libération. Pour moi, la fermeture de l’école signifie la mort d’une époque."
Nadine Naous

Distinctions