film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
La Dernière Femme du premier train
© CEM / IIAC
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Daniel Friedmann

MONTAGE

Arghyro Paouri

PRODUCTION / DIFFUSION

CEM - Centre Edgar Morin, IIAC (Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain)

PARTICIPATION

CNRS

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

CEM - Centre Edgar Morin, ADAV, La Maison du doc, Éditions Montparnasse

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"La Dernière Femme du premier train" met en scène l’histoire de Hilda, filmée sur une durée de 15 ans. Elle est aujourd’hui la dernière survivante du premier convoi de femmes arrivé à Auschwitz, le 26 mars 1942. Elle est restée à Auschwitz jusqu’à la destruction du camp par les allemands en janvier 1945, avant de participer à la marche de la mort qui l’a amenée au camp de Ravensbrück dont elle fut libérée en mai 1945. Hilda, vit depuis à Bratislava et elle est âgée de près de 90 ans aujourd’hui ; elle s’efforce de comprendre les conditions de sa survie et de sa résilience exceptionnelles. A travers son récit, le réalisateur dégage aussi à partir de documents d’archives, la spécificité de la politique antisémite de l’Etat slovaque pro-nazi qui consista notamment à payer l’Allemagne pour déporter les Juifs de Slovaquie.

Daniel Friedmann has filmed during years Hilda, last survivor of the 1st train of young Jewish women arrived in Auschwitz, on March 26, the day of the opening of the camp of women and remained there until the Germans destroyed the camp in January 1945. After she participated in the March of death until the camp of Ravensbrück. Hilda tries to understand what were the relations between the deportees, and the deportees and the SS. The archive documents of the film show the specificity of the antisemite policy of the pro-nazi slovak state. Hilda is now 90 years old and lives in Bratislava.