film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Les Clés de Marseille
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Jean-Louis Comolli, Michel Samson

AUTEUR(S)

Ginette Lavigne

MONTAGE

Ginette Lavigne

PRODUCTION / DIFFUSION

INA - Institut National de l'Audiovisuel

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

INA Distribution

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

"Nous nous étions dit, Samson et moi, qu’il fallait revenir tourner à Marseille pour ces élections municipales, un “post-scriptum” à la série “Marseille contre Marseille”. Il y avait à ce retour sur le motif quelques raisons. L’un de nos héros, Philippe Sanmarco, avait changé de bord. S’éloignant du Parti Socialiste tout au long de la série (1989-2001), il venait de s’allier avec Jean-Claude Gaudin. Celui-ci, sans conteste personnage principal, était menacé par le plus récent des acteurs politiques entrés dans nos films, Jean-Noël Guérini, chef du P.S. marseillais. Le cycle commencé avec la crise du Parti Socialiste, déchiré entre pezétistes et vigouristes (1989), n’allait-il pas s’achever en 2008 ? Le PS réunifié, la Gauche ralliée derrière Guérini, la question de la domination de la droite sur la ville se trouvait posée. Le tournage a duré beaucoup moins longtemps (trois semaines contre dix-huit mois) que celui qui a donné naissance à Nos deux Marseillaises et Rêves de France à Marseille (2003), mais très vite nous avons été confrontés à une campagne plus tendue, plus violente que toutes celles que nous avions filmées ; très vite des questions qui n’étaient pas encore apparues dans les épisodes précédents sont devenues pressantes. Comment gérer cette ville jour après jour ? Quels rapports entretenir avec les employés municipaux ? Comment régler le problème lancinant de la saleté de la ville ? Comment s’excepter de l’accusation de clientélisme lancée contre l’adversaire ? Derrière ces questions, nous allions découvrir avec une évidence nouvelle la division majeure de la ville entre Quartiers Sud et Quartiers Nord. L’une de nos “deux Marseillaises”, Samia Ghali, définit cette division comme “apartheid”. C’est ce que nous avons filmé. Marseille non seulement disputée entre deux camps, mais divisée entre zones favorisées, relookées, mieux loties, mieux desservies, et zones délaissées, oubliées, celles des cités du Nord, la ville des nouveaux arrivants, la ville des pauvres. Cette redivision de Marseille qui casse tout consensus ne peut être pensée qu’en termes politiques." Jean-Louis Comolli

Distinctions
  • 2008 : Images en bibliothèques - Paris (France) - Film soutenu par la Commission nationale de sélection des médiathèques