film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Near Death
© Zipporah Films
1/1
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Frederick Wiseman

PRODUCTION / DIFFUSION

Zipporah Films

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

Idéale Audience International, ADAV, BnF - Bibliothèque Nationale de France, Bpi - Bibliothèque Publique d'Information, Blaq out, Universciné

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Le service de soins intensifs de l'hôpital Beth Israel, à Boston (Massachussetts).
Dans le service de soins intensifs du Mount Sinai Hospital de Boston, des patients reliés à des machines sont suspendus entre la vie et la mort. Tandis que les appareils de surveillance enregistrent les moindres changements dans leur activité corporelle, les docteurs et les infirmières discutent du défi médical et éthique que représente chaque cas et les parents se préparent au pire. À l'extérieur, la vie urbaine continue de battre son plein.
Si de nombreuses séries télé nous ont familiarisés avec les pratiques hospitalières, celles-ci ont rarement été décrites avec autant d'honnêteté et d'obstination. Frederick Wiseman n'a pas peur d'affronter le tabou que représente un malade en phase terminale. Il le filme le plus fidèlement possible, sans commentaire en voix-off et avec un montage très discret. Le travail de la caméra, très virtuose malgré son caractère improvisé, transforme les prises souvent longues en des scènes parfaitement composées qui gardent pourtant toute leur authenticité.
En révélant sans juger, Wiseman rend admirablement l'ambivalence des systèmes institutionnels. Dans "Near Death", les soins portés aux malades en phase terminale sont présentés dans toute leur complexité, en évitant tout pathos. Et c'est précisément le ton très factuel du film qui le rend si émouvant.
(Marcy Goldberg - traduction : Emmanuelle Maupetit)

In the intensive care unit (ICU) of Boston's Mount Sinai Hospital, patients lie hooked up to machines, hovering between life and death. The smallest bodily changes are monitored by the life support apparatus, while doctors and nurses discuss the medical and ethical challenges of each case, and relatives prepare for the worst. Meanwhile, outside the hospital, the bustle of city life continues.
Hospital procedures may be familiar to us from countless TV shows, but they are rarely depicted with such honesty and persistence. Frederick Wiseman is not afraid to face the taboo subject of terminal illness, and he records it as faithfully as possible, without any voiceover commentary and only the most discreet editing. The masterful improvised camerawork turns the generally long takes into perfectly composed yet utterly authentic scenes.
One of Wiseman's greatest skills is his ability to convey the ambivalence of an institutional situation by revealing without judging. In "Near Death" the treatment of the terminally ill is presented in all its complexity but without a trace of melodrama. Ultimately it is the film's formal matter-of-factness that makes it genuinely moving.
(Marcy Goldberg)