film-documentaire.fr | PORTAIL DU FILM DOCUMENTAIRE

img img
Histoire de l'empathie : un entretien avec Jacques Hochman
AUTEUR(S)-RÉALISATEUR(S)

Alain Bouvarel, Richard Martin, Pierre H Tremblay

PRODUCTION / DIFFUSION

CNASM

ORGANISME(S) DÉTENTEUR(S) ou DÉPOSITAIRE(S)

CNASM, ADAV

ISAN : non renseigné - en savoir plus
COMMENT VISIONNER CE FILM ?

Jacques Hochmann, qui vient de publier "Histoire de l'empathie : connaissance d'autrui, souci du prochain" (Odile Jacob, Paris, 2012), définit, dans cet entretien, le concept d'empathie après l'avoir bien différencié de la sympathie, de la pitié ou de la compassion. Issu de la philosophie esthétique, repris par la psychologie de l'intersubjectivité puis par la psychanalyse, la phénoménologie et la psychiatrie interpersonnelle, le concept d'empathie intéresse maintenant les sciences cognitives et les neurosciences. Concept carrefour, souvent galvaudé, on définit l'empathie comme étant la capacité à se mettre à la place de l'autre sans oublier que l'on est soi. Sous certaines formes, le phénomène existe dans certaines organisations sociales animales. Par contre, on a pu constater la présence d'un défaut d'empathie dans plusieurs psychopathologies, notamment l'autisme, la schizophrénie et la psychopathie. Après ce fascinant survol d'un concept qui nous semble si familier, le professeur Hochmann nous met en garde contre une certaine mystification de l'empathie et des risques inhérents à ce qu'on pourrait qualifier d'un excès d'empathie. De la même façon il insiste sur le fait que, malgré le fait qu'il existe une ontogénèse de l'empathie et qu'on puisse la développer chez l'enfant, la violence est inscrite chez l'humain. Néguempathie, à la source de gestes de violence et désesempathie liée, celle-ci, à la fabrication des bourreaux sont aussi, malheureusement, présentes chez l'homme